Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Le blog de scoobidoo1
  • Le blog de scoobidoo1
  • : Partager toutes les émotions reçues dans le cinéma, dans la littérature, le spectacle et la musique entre autre...
  • Contact

Recherche

30 avril 2013 2 30 /04 /avril /2013 18:50

La Fleur de l’âge est le premier long métrage de Nick Quinn qui a choisi pour cela un casting de qualité. Gaspard ne se voit pas vieillir. Il a tout pour plaire, même sa réussite professionnelle. Mais un jour,  tout bascule, il doit accueillir son père….Un film dont l’existence ne tient qu’à la performance des trois comédiens dont le talent n’est plus à prouver…..

 

 

 

Un premier film

 

La Fleur de l’âge est une comédie dramatique réalisée par Nick Quinn en 2 013. Nick Quinn réalise ici son premier long métrage au cinéma ; il a plutôt jusqu’à présent fait des documentaires pour la télévision et également des court – métrages. Pour ce film il choisit un casting de maîtres avec Pierre Arditi, Jean-Pierre Marielle et Julie Ferrier.

 

 

Histoire

 

Gaspard Dassonville est un producteur de télévision dont la réputation n’est plus à faire ; il a choisi de vivre sa vie à pleines dents, avec des conquêtes féminines qui ont la moitié de son âge , alors qu’il  a soixante-trois ans.

Et pourtant il va prendre conscience soudainement de son vieillissement lorsqu’il doit accueillir par obligation son père, Hubert qui est devenu dépendant, vieillard indomptable qui s’est cassé le col du fémur. De plus, cette réussite professionnelle dont Gaspard était si fière, s’effondre lorsqu’on  commence à ne plus faire appel à lui.

Alors que le père et le fils ne se côtoyaient guère , ils vont devoir cohabiter ensemble, se redécouvrir, et faire face à la vieillesse …. Gaspard  fait appel à Zana, une aide- soignante chaleureuse, fantaisiste et également compétente dont les références ne sont pas vraiment fiables…

 

 

Casting

 

-          Pierre Arditi : Gaspard Dassonville

-           Jean-Pierre Marielle : Hubert Dassonville

-           Julie Ferrier : Zana Kotnic

-           Audrey Fleurot : Marion Cappelaro

-           Artus de Penguern : Joseph Tellier

-           Rasha Bukvic : Stjepan Kotnic

-           Thibault Vinçon : Fabrice Poulain

-           Cyril Gueï : Cyril Cox

-           Pierre Vernier : Maurice Renouard

-          Elisabeth Vitali : Dr Moser

-           Anne Benoît : Mme Courreau

-           Sophie Meister : Barbara

-           Agathe Natanson : Directrice de la maison de repos

-           Laure Calamy : Sarah Chevalier

-           Stéphane Krausz : Un cadreur

 

 

Trois générations de comédiens magnifiques

 

L’être humain n’est qu’une poussière dans la vie. Ce film aborde le sujet du temps qui s’écoule trop vite sans que l’on s’en aperçoive.

Si Nick Quinn nous présente une comédie légère, proche d’un conte magique, on se tournera plus volontiers vers le jeu de rôle du trio de comédiens qui fait le charme et l’intérêt du film. Trois générations  avec des façons différentes de jouer et des personnalités diverses.

Un film dont la mise en scène aurait mérité d’être meilleur. Les spectateurs auront tout de même plaisir à voir jouer les comédiens, mais sans doute plus déçu de la qualité du film qui est plus proche de la catégorie de la télévision.

Grâce aux performances de Pierre Arditi,  de Jean Pierre Marielle et de Julie Ferrier, ce film se laisse voir pour le plus grand plaisir de regarder leur jeu de rôle qui reste remarquable.

 

 

http://fr.web.img6.acsta.net/r_160_240/b_1_d6d6d6/medias/nmedia/18/96/50/88/20471823.jpg

Repost 0
Published by scoobidoo1 - dans Cinéma
commenter cet article
23 avril 2013 2 23 /04 /avril /2013 15:35

Pour le troisième opus d’Iron Man, le projet est confié à un connaisseur du genre Shake Black. Robert Downey Jr. reprend son rôle de super-héros pour combattre un terroriste qui détruit tout ce qui le touche.  Un troisième volet divertissant aux effets spéciaux à la pelle qui font mouche et avec la pointe d’humour grinçant qui plairont aux fans du genre.

 

 

 

Une réalisation confiée à un connaisseur du genre

 

Iron Man 3 est un film de super héros américano-chinois réalisé par Shane Black en 2013. Il a été choisi naturellement pour réaliser ce troisième volet, après que Jon Favreau est fait les deux premiers, grâce à ses connaissances mais aussi à ses qualités pour exécuter les films d’action de même genre. Il réalise donc mais également co-écrit cette nouvelle aventure du justicier en armure.

Pour ce nouvel opus, Robert Downey Jr. revête à nouveau le costume d’Iron Man qui lui va comme un gant.

 

 

Histoire

 

Tony Stark, connu de tout le monde sous Iron Man, est un industriel richissime. Cette fois-ci, il se trouve confronté à un adversaire coriace qui veut le détruire : il s’agit d’un terroriste appelé le Mandarin.

Le Mandarin commencera par s’attaquer à tout ce qui entoure Stark, ce qui compte le plus pour lui. Mais il réagira rapidement en mettant ses connaissances techniques innovantes en avant et fera appel naturellement à ses intuitions pour protéger ceux qui l’entourent.

Courageusement, il se jette dans le combat bien qu’il n’a plus de pouvoir, plus de petites amies, qu’il ne peut plus voler etc.

Et soudain, alors que  depuis longtemps une question était restée sans réponse, il va enfin en trouver une : est-ce l’homme qui fait le costume ou bien le costume qui fait l’homme ?

 

 

Casting

 

-          Robert Downey Jr.  : Tony Stark / Iron Man

-          Gwyneth Paltrow : Pepper Potts

-           Don Cheadle : lieutenant-colonel James Rhodes / War Machine

-           Ben Kingsley : le Mandarin

-           Guy Pearce : le Dr Aldrich Killian

-           Rebecca Hall : le Dr Maya Hansen

-           James Badge Dale : Eric Savin / Coldblood

-           Jon Favreau: Happy Hogan

-           Ashley Hamilton: Jack Taggert / Firepower

-           Wang Xueqi : Dr Chen Lu

-           Paul Bettany : Jarvis (voix)

-          William Sadler : Sal Kennedy

-          Stephanie Szostak : Ellen Brandt

-           Jim Gunter : M. Davis

-           Dale Dickey : Mme Davis

-           Yvonne Zima : Miss Elkridge

-           Stan Lee : caméo

 

 

Iron Man : Super-héros pour toujours !

 

Robert Downey Jr. endosse pour la troisième fois le costume d’Iron Man pour le plus grand plaisir de tous et tient parfaitement le rôle. Si le second volet nous laissait un peu sur notre faim, celui-ci remet les fans à nouveaux accrocs ; il semble même être le meilleur des trois. Même si l’intrigue n’est pas au top, l’humour, la dérision est au rendez-vous et bien sûr les effets spectaculaires tant attendus sont au rendez-vous.

Dans celui-ci Tony Stark montre aux spectateurs que nul n’a besoin d’endosser un costume perfectionné et spécial en guise d’armure pour être un super-héros ; on pourra d’ailleurs le constater dans le film qu’il ne le portera pas autant que cela et que ça n’empêche aucunement d’y voir des scènes tout aussi spectaculaire.

Un film aux effets spéciaux et aux combats spectaculaires  omniprésents avec un humour décapant du comédien Robert Downey Jr. Ce troisième volet tant attendu par les fans remplit son contrat, on y passe un bon moment et on y prend plaisir à retrouver notre super-héros.

 Un film divertissant !

 

 http://fr.web.img3.acsta.net/r_160_240/b_1_d6d6d6/medias/nmedia/18/91/08/37/20508296.jpg

Repost 0
Published by scoobidoo1 - dans Cinéma
commenter cet article
22 avril 2013 1 22 /04 /avril /2013 15:40

Michel Gondry réalise L’écume des jours, chef d’œuvre littéraire de Boris Vian. Colin et Chloé, amoureux et mariés, vivent dans un univers fantaisiste. Chloé attrape un nénuphar dans un poumon et Colin tente de la sauver. Un film plein d’humour, de fantaisie mais aussi de tragédie qui nous emmène avec lui. On s’attache rapidement aux personnages et on en sort ému.

 

 

 

L’adaptation du chef d’œuvre de Boris Vian

 

L’écume des jours est une comédie dramatique et fantastique français réalisé par Michel Gondry en 2013. Ce film est l’adaptation du livre de Boris Vian publié en 1947. Ce chef d’œuvre littéraire a déjà connu une première version cinématographique par Charles Belmont en 1968 avec dans le rôle principal Jacques Perrin. Michel Gondry choisit un casting à la hauteur du chef d’œuvre  avec dans le rôle de Colin, Romain Duris et Audrey Tautou pour jouer le rôle de Chloé…

 

 

Histoire

 

Une histoire pleine de poésie dont le surréalisme prend place lorsque Colin fait la connaissance de Chloé qui lui semble être l’incarnation d’un blues de Duke Ellington. Il se marie, mais l’amour de ces deux personnages sera ébranlé lorsque Chloé tombera malade ; le petit monde merveilleux dans lequel Colin s’est retrouvé,  s’effondre soudainement parce que Chloé attrape un nénuphar dans son poumon. Colin, sans argent, décide de travailler pour tenter de soigner Chloé et de la sauver. ..

 

 

Casting

 

-          Romain Duris : Colin

-           Audrey Tautou : Chloé

-           Gad Elmaleh : Chick

-           Omar Sy : Nicolas

-           Aïssa Maïga : Alise

-           Charlotte Le Bon : Isis

-           Sacha Bourdo : La souris

-           Philippe Torreton : Jean-Sol Partre

-           Alain Chabat : Jules Gouffé

-           Vincent Rottiers : le religieux

-           Laurent Lafitte : le directeur de société

-           Natacha Régnier : la marchande de remèdes

-           Michel Gondry : le médecin

-           Laurent Porteret : Dj Varlet

-           Jean-Stéphane Ollier : Varlet

 

 

Le défi audacieux

 

Considéré comme difficile, voir inadaptable au cinéma tant l’univers des deux personnages que sont Chloé et Colin, relève de l’absurde,  du rêve, de la fantaisie et même étrange, Michel Gondry se lance dans ce défi très audacieux.

 

Si vous vous êtes déjà lancé dans la lecture du roman de Boris Vian, alors vous savez que l’histoire de ce jeune idéaliste, Colin, et de sa femme Parisienne, Chloé, n’a rien de si joyeux que cela même si leur bonheur au début nous laisse rêveur ! Cette histoire nous emmène au cœur de Paris, mais un Paris plutôt fantasmatique où tout semble absurde : les anguilles sortent des robinets, les jambes se déforment au moment de danser…  On découvre l’univers imaginaire des personnages ainsi que celui de Paris parfaitement comme nous le décrit Boris Vian et on voit prendre vie devant nos yeux tout ce que notre esprit se représentait alors.

 

L’écume des jours est dans un premier temps rempli d’humour, mais devient dans un deuxième temps dramatique où le désespoir prend place davantage. L’amour est de plus en plus fort au fur et à mesure que l’histoire avance avec le désespoir qui grandit à ces côtés. Durant une heure, Gondry réussit à nous faire part de cette montée émotionnel qui nous bouleverse lors de cette adversité qui est faite tantôt d’espérance, tantôt de défaite, mais aussi de fatalisme.

Le monde fantaisiste dans lequel nous étions plongés et qui nous plaisait s’effondre sans que nous puissions faire marche arrière ; nous sommes spectateurs et aimerions devenir acteur pour intervenir. On s’identifie aisément aux personnages dont les acteurs jouent magnifiquement leur rôle et nous passons par tous les sentiments grâce à eux et surtout celui de ne pouvoir vaincre la maladie, la dépression…

 

Seul regret, la fin que Michel Gondry a décidé de changer ; on n’y verra pas la fin du livre de Boris Vian qui lui est plus noir que celle du film. Les quelques larmes qui auraient pu envahir le spectateur ne tomberont pas…

 

 

En résumé, la première partie du film est  vraiment un pur bonheur avec beaucoup d’humour, mais aussi par la présentation des personnages et de l’univers dans lequel ils vivent qui nous plongent littéralement dans celui de Boris Vian : un régal !

La deuxième partie est par contre,  tragique donc plus difficile émotionnellement car on y voit la déchéance de Chloé qui se meurt peu à peu et dont sa maladie mais aussi son traitement reste pittoresque.

 

 http://fr.web.img2.acsta.net/r_160_240/b_1_d6d6d6/medias/nmedia/18/91/23/82/20502346.jpg

 

Repost 0
Published by scoobidoo1 - dans Cinéma
commenter cet article
16 avril 2013 2 16 /04 /avril /2013 18:00

 

Pierre-François Martin-Laval a réalisé la comédie Les Profs, adapté d’une célèbre bande dessinée. L’Adjoint de l’inspecteur académique tente de sauver un lycée de ses échecs au baccalauréat en y mettant les pires profs aux plus mauvais élèves. Est-ce la bonne solution ? Un film pour les cancres, mais pas seulement…Beaucoup de fous rires !

 

 

 

L’ancien Robin des Bois

 

Les Profs est une comédie réalisé par Pierre-François Martin-Laval en 2013. L’ancien comédien de la troupe de Robin des bois, des années 90, signe ici son troisième long métrage. Il s’agit d’une adaptation de la célèbre bande dessinée du même nom créée en 2000 par Pica et Erroc. Pour jouer cette comédie, il fait appel à nouveau à Isabelle Nanty avec qui il a déjà travaillé dans ses deux précédents films, mais aussi à Christian Clavier et au jeune humoriste Kev Adams.

 

Casting

 

-          Christian Clavier dans le rôle de Cutiro/Tirocu

-          Isabelle Nanty dans le rôle de Gladys, prof d'Anglais.

-          Pierre-François Martin-Laval dans le rôle de Antoine Polochon, prof d'Histoire.

-          Kev Adams dans le rôle de Boulard.

-          François Morel dans le rôle de L'inspecteur adjoint.

-          Arnaud Ducret dans le rôle d’Eric, prof d'EPS.

-          Stéfi Celma dans le rôle d’Amina, prof de Français.

-          Raymond Bouchard dans le rôle de Maurice, prof de Philo.

 

 

Histoire

 

Le lycée Jules ferry est le plus mauvais lycée de toute la France avec des résultats exécrables au baccalauréat. Après tous les efforts de l’inspecteur académique pour inverser les choses, il décide de faire confiance à son Adjoint pour essayer d’y remédier. Selon lui, le meilleur remède est de soigner le mal par le mal : c’est-à-dire d’intégrer les plus mauvais profs pour enseigner aux plus mauvais élèves. Il faut à tout prix que l’établissement passe de ses 12% à 50% de réussite au baccalauréat et c’est dans ces conditions qu’il accepte cette proposition mais pas seulement pour le meilleur, également pour le pire…

 

 

Un film pour les cancres

 

 "On se retrouve en chimie, pour savoir si t'es physiques."

Des dialogues qui remplissent les salles de fous rires.

Un film dont les fans de Kev Adams ne peuvent pas passer au travers. Des comédiens qui ne laissent personne indifférent et surtout les adolescents pour qui ce genre de film a tout pour plaire.

Ce film vise d’abord les adolescents et pourrait déplaire à une certaine catégorie de personnes qui sont difficiles dans l’humour,tant à voir qu'à entendre. Dans ce film, il ne faut pas s’attendre à du Shakespeare, mais plutôt à un dialogue qui vous dépayse, qui nous sorte de toutes les morosités possibles.

Les plus mauvais élèves, les cancres, en seront décomplexés en voyant ce film. Et on imagine certains élèves dans la salle de cinéma, se dirent : et si nos profs étaient comme ça !

Les dialogues sont très drôles, tant du côté des profs que du côté des élèves et la réalisation nous emmène avec eux dans leur histoire.

 

Un film plaisant à voir bien réalisé et aux dialogues qui poussent les spectateurs à des fous rires incontrôlables.

http://fr.web.img6.acsta.net/r_160_240/b_1_d6d6d6/medias/nmedia/18/95/14/16/20455360.jpg

Repost 0
Published by scoobidoo1 - dans Cinéma
commenter cet article
16 avril 2013 2 16 /04 /avril /2013 17:05

Victor Hugo est un écrivain et un politicien qui a marqué le 19° siècle. Il mènera de nombreux combats dont celui contre la peine de mort dans lequel certains ouvrages comme Claude Gueux en témoignent. Basé sur des faits réels, lors de son écriture, il plaide pour une meilleure société, mais aussi une meilleure justice.

 

 

 

Qui est Victor Hugo ?

Victor Hugo est né en 1802 et est mort en 1885 à Paris. Il acquiert rapidement une certaine notoriété littéraire mais il fera également parler de lui en tant qu'homme politique en prenant des positions; il condamnera la peine de mort et dénoncera la situation sociale dans laquelle est plongée le peuple avec notamment le manque d'éducation de celui-ci. Son exil dû aux vives critiques qu'il fait lors du coup d'état en 1851, le force à partir durant près de vingt ans.
Claude Gueux sera écrit en 1834 à la suite d'une lecture lors d'une publication dans un journal, d'un fait. Il s'en inspire pour dénoncer la cruelle société dans laquelle vive tous les misérables.

Victor Hugo condamne la peine de mort et dénonce les conditions sociales des plus pauvres


L'histoire


Les circonstances de son écriture


Claude Gueux, avant de devenir le personnage d'une nouvelle écrite par Victor Hugo, a fait parti d'un fait divers réel dont il a été le héros. En effet, c'est en lisant la gazette des Tribunaux en 1832 que Victor Hugo découvre l'histoire de cet homme et notamment des circonstances de son emprisonnement et de sa condamnation à mort.
C'est à partir de celle-ci que Victor Hugo décide d'en écrire un texte engagé qui sera d'abord publié en 1834 dans La revue de Paris puis diffusé auprès de la chambre des députés par Charles Carlier, négociant.


L'action


Claude Gueux est un ouvrier miséreux qui finit à la maison centrale de Clairvaux, après avoir commis un vol pour nourrir sa propre famille.
Prisonnier, il est aimé des autres, mais détesté du personnel carcéral dont il n'hésite pas à lui tenir tête.
Un nouveau prisonnier, Albin, fait son apparition à Clairvaux. Albin devient l'ami de Claude en partageant sa nourriture dont ce dernier manque cruellement pour survivre à sa peine.
Claude est devenu tellement populaire au sein des prisonniers que M.D., directeur des ateliers, décide soudainement de le séparer d'Albin en le mettant dans un autre quartier que lui.
Claude en parle à M.D. qui reste sur ses positions. Ils posent plusieurs ultimatums au directeur dont le premier lui valut d'être mis au cachot. Après cette succession de refus, Claude prend une décision et pose un dernier ultimatum qui le conduira à tuer M.D. De son geste, il sera condamné à la peine de mort...


Les personnages


Les rôles principaux


Claude Gueux, âgé de 36 ans, a commis un vol; il est envoyé en prison, à Clairvaux, pour ce crime. Bien que cet homme soit considéré comme bon, mais aussi estimable, le système de la société ne lui fait pas de cadeau, il en est même la victime.
Claude Gueux est le héros du livre.

Albin
Il a 20 ans, mais en parait moins. Claude Gueux et lui sont amis. Il sera le protecteur de Claude en prison. Grâce à Albin, il mangera à sa faim.

Le directeur des ateliers
On le nomme uniquement par deux initiales M.D.
C'est un homme dur qui tyrannise les prisonniers et qui ne transige sur aucun point. Même les demandes de Claude Gueux seront toutes refusées, le plongeant dans un profond désespoir qui conduiront celui-ci à sa perte.


Les seconds rôles


Les prisonniers
Ils respectent et soutiennent Claude Gueux dans sa demande auprès de M.D. Ils admirent les démarches qu'il effectue avec ténacité.

La famille de Claude Gueux
On sait juste que Claude Gueux a une femme et un enfant d'elle pour lesquels il a volé de la nourriture qui l'a conduit en prison.

 


Livre moraliste

Le livre d'une quarantaine de pages nous amène à certaines réflexions :
Lequel des deux étaient la victime de l'autre ?
Claude Gueux tua M.D. puis essaya de se tua avec les ciseaux de sa femme!

Pourquoi M.D. avait séparait Albin de Claude ? M.D. répondit parce que
Pourquoi Claude avait-il tué M.D. ?Il répondit alors parce que

La question qui se pose vraiment est : qui est le coupable ?

Est-ce Claude Gueux ? Ou est-ce nous, la société ?

Claude Gueux est un livre moratoire abordant le sujet de la peine de mort qui fait appel à notre conscience; il aborde aussi le sujet de l'éducation du peuple et du rôle de l'état que joue dans celle-ci.

Claude Gueux est le reflet de la société.

Lorsque Victor Hugo écrit ce livre, il positionne Claude Gueux en héros, mais aussi en martyr, non seulement de la société mais aussi de la justice. Le système judiciaire de l’époque est inéquitable, injuste et c’est lui qui entrainera Claude Gueux dans cette déchéance dont il en fera un réquisitoire dans un premier temps et dans un deuxième temps un plaidoyer pour que cette société devienne plus juste.

http://t2.gstatic.com/images?q=tbn:ANd9GcRtYXQ7PUdpdHkiOoEz02oq7_yYb5-xXP8XXA-x2rhqFWYwusiFHHTQg2kW

Repost 0
Published by scoobidoo1 - dans Littérature
commenter cet article
16 avril 2013 2 16 /04 /avril /2013 11:00

Capture V.H. 1 

Capture V.H. 2

Repost 0
Published by scoobidoo1 - dans Littérature
commenter cet article
5 avril 2013 5 05 /04 /avril /2013 11:00

Victor Hugo dès son plus jeune âge, acquiert une notoriété littéraire. Il s’engage politiquement en faveur des plus démunis et dénonce durant sa vie les conditions de vie du peuple, du manque de son éducation et condamne la peine de mort. Il sera forcé de s’exiler après ses positions politiques. Homme ayant marqué l’histoire politiquement et littérairement, il rentre directement au Panthéon après son décès.

 

 

 

Victor Hugo intellectuel reconnu et position politique.
 
Victor Hugo est né en 1802 à Besançon et est décédé à Paris  en 1885. C'est un écrivain qui est rapidement reconnu dans le domaine littéraire. Politiquement royaliste à ses débuts, par la suite il s'engagera  et  portera le régime de la Restauration qui créa le premier régime parlementaire en France.
C'est un homme qui vit tranquillement au côté de sa femme Adèle et de ses enfants.
 
 
Succès littéraire d'un écrivain prodigieux et controversé
 
A l'ère du romantisme, Victor Hugo dans la préface de Cromwell qu'il rédige, nous définit un nouvel art théâtral. Les foules se déchainent à la sortie de sa pièce Hernani en 1830. Royaliste à ses débuts, il ira davantage vers les libéraux qui se soucieront plus du peuple et notamment sur le sujet du social. En 1829, révolté par ce qu'il voit, il écrit "le Dernier Jour d'un condamné" où il dénonce le manque d'éducation du peuple et condamne la peine de mort. De nouveau, il prendra sa plume en 1834 pour décrire encore cette société qui est dure pour tous les miséreux avec "Claude Gueux" qui est un livre moratoire, basé sur des faits réels, dénonçant les conditions de vie des plus pauvres et dénigrant à nouveau la peine de mort.
 
 
L'auteur se lance dans la politique
 
Durant dix ans, Victor Hugo ne publiera plus après le décès tragique de sa fille Léopoldine en 1843. C'est à ce moment-là qu'il se lance dans la politique et devient élu député à l'Assemblée constituante en 1848 où il évoluera vers une gauche républicaine.
 
 
L'exil et le retour en France
 
Le coup d'état du 2 décembre 1851 provoque la chute de la république; c'est à ce moment-là que Victor Hugo publie un pamphlet contre Louis Napoléon Bonaparte intitulé Napoléon-le-Petit en 1852. Il écrit également Histoire d'un crime le lendemain du coup d'état qui lui ne sera publié que 25 ans plus tard. Dans ces deux livres, il condamne ce coup d'état mais critique également et vivement celui qui en est responsable Napoléon III.
Il s'exile d'abord à Bruxelles puis à Jersey d' où il s'en fera chasser pour avoir osé critiquer la Reine Victoria en 1855.
Il ira alors dans sa maison à Guernesey.
Son exil durera près de vingt ans. Il en écrira et publiera des œuvres majeurs dont Les Châtiments en 1853, Les Contemplations en 1856, La Légende des siècles en 1859 et Les misérables en 1862.
 
Bien que Napoléon III signe une amnistie nationale pour tous les prisonniers politiques en 1859, Victor Hugo refuse de rentrer. C'est à la chute du Second empire en 1870 que Victor Hugo rentre en France où il sera accueilli triomphalement par tout paris.
 
Il décède le 22 mai 1885. Figure politique et écrivain ayant marqué le XIX° siècle, il rentre directement dans le Panthéon, considéré comme homme ayant marqué l'histoire politiquement mais aussi par ses convictions moralistes.

4060588974_7ef48f5e78.jpg

Repost 0
Published by scoobidoo1 - dans Littérature
commenter cet article
25 mars 2013 1 25 /03 /mars /2013 09:58

Toy Story 3 est un film réalisé par Lee Unkrich en 2010 qui a reçu de nombreuses récompenses.

 Andy a grandi et se sépare de ses jouets. Woody se retrouve avec les autres dans une crèche qu’ils croient accueillante, mais les apparences sont trompeuses…

Le thème abordé semble au premier abord la séparation de ses jouets et donc le passage de l’enfance à l’adulte ; mais un sujet plus fort semble faire son apparition : l’Holocauste.

 

 

Toy Story : le troisième volet récompensé

 

Toy Story 3 est un film américain d’animation, réalisé par Lee Unkrich en 2010, dont il est sans rappeler que le premier fut sorti en 1996. Lee Unkrich en a reçu l’Oscar et le Golden Globes du meilleur film d’animation en 2011, ainsi que d’autres récompenses.

 

 

FICHE TECHNIQUE

 

-       réalisateur…………..Lee Unkrich

-       quelques acteurs de doublage ( VF) :

  •  WOODY……………Jean-philippe Puymartin
  •  Buzz l’éclair…………Richard Darbois
  • .KEN…………………Benoit Magimel
  • BARBIE………………Frédérique Bel
  • BAYONNE………......Patrick Préjean
  • REX…………………..Henri Guybet
  • RICTUS………………Grand corps malade
    etc

-       durée…………………..1H40

-       Production………...Walt Disney

 

 

 

 

L’HISTOIRE

 

Andy a bien grandit, il a 17 ans maintenant se prépare pour entrer à l'université ; il doit donc trier ses jouets : il les met tous dans un sac poubelle pour les monter au grenier excepter Woody son jouet fétiche depuis tout petit. Sa mère en voyant le sac poubelle par terre croit que c'est pour le mettre à la poubelle....elle sort donc celui-ci dehors sur le trottoir. Woody s'apercevant de la chose les aide à s'échapper du sac puis  croyant qu'Andy ne voulait plus d'eux en les jetant à la poubelle, ils montent dans la voiture de sa mère et se glissent dans le carton de la garderie pour enfant Sonyside.
Arrivés à la garderie, ils sont accueillis bras ouverts par un nounours rose et sa bande de jouets, gentillement, et même chaleureusement sans savoir qu'en fait ils n'étaient finalement pas tombés dans un lieu aussi accueillant que cela...

 

 

LES PERSONNAGES

 

 

On retrouve toujours avec joie les personnages principaux de Toy Story.

Tout d'abord, les humains:

-       Andy qui a bien grandit17 ans et doit se séparer de ses jouets.

-       Sa maman qui voit son fils grandir.

-       Molly sa sœur qui attend le départ d’Andy à l'université pour prendre sa chambre.

 

Pour les autres (les jouets) on peut constater deux camps: les gentils et les méchants.

 

Les GENTILS : ils représentent tous ensemble une famille

 

-        Woody : le cowboy ( shérif) le premier jouet d'Andy.Il représente le jouet le plus raisonnable , celui qui a le plus les pieds sur terre et qui ne laissera jamais tomber les autres, ses amis.

-       Buzz l'éclair : le chevalier de l'espace qui fera partie un court instant des méchants à cause de nounours qui modifiera son commutateur de position pour le dérégler.

-       Jessie : la cowboy avec son cheval Bourasque.

-       Rex : le dinosaure T rex vert.

-       Mr et Mme Patate : les amoureux inséparables.

-       Le cochon : docteur côte de porc ou Bayonne.

-       Les 3 extraterrestres verts

-       Zigzag le chien ressort

-       les soldats

-       Barbie : la poupée qui fera la rencontre de Ken.

 

Les MECHANTS :

 

-       Lotso : le chef, le nounours rose qui sent la fraise et qui fait croire à tout le monde qu'il est l'ours calin et qu'il aime les calins. Mais en fait c'est lui qui retient les jouets de force dans cette garderie comme dans une prison.

-       Bébé jouet dit Gros Bébé : influencé par nounours car ils étaient ensemble dans la même famille où une petite fille prénommé Daisy les avaient pour jouer avant de les perdre.

-       Un insecte vert qui ressemble à une sauterelle avec des yeux rouges à faire peur.

-       Une pieuvre violette qui bien que dans le camp des méchants nous fait rire avec ses tentacules.

-       Le gardien : le singe aux cymbales qui donne l'alerte en criant et en tapant sur ses cymbales dès qu'un jouet essaie de s'échapper de la garderie.

-       Ken : tombera sous le charme de Barbie et changera donc de comportement.

-       Le clown qui fait partie des méchants car il était également de la même famille que nounours abandonné, mais il est gentil.

 

 

 

Sujet sous-entendu : l’Holocauste

 


C'est un dessin animé où le sujet est fort et même dur pour des petits.....


On fait croire aux jouets qu'on les emmène dans un magnifique lieu : la garderie qui en fait ne l'est pas : c'est un lieu où l'on enferme les jouets, où on les maltraite, où il faut qu'ils servent comme on en a besoin et qu'ils obéissent...Et pour conclure, on y voit même l'incinérateur où les jouets manquent d'y bruler.


Comment les enfants ne peuvent pas réagir en sortant du cinéma ? Ils sont forcément troublés et même attristés!


Et en en parlant à des adultes, ils ont eu la même remarque tous (sans même l'avoir vu, juste en entendant l'histoire): ce dessin animé fait référence à l'Holocauste ; très troublant et pour des petits imaginés....


Les parents qui ont emmené leur enfant, rajouteront, et moi aussi, qu'il est triste.
Heureusement qu'il est déconseillé au moins de 6 ans ! Je rajouterais même dur pour les moins de 10 ans, même si le sujet doit être abordé parce qu'on ne doit pas oublier certains évènement de l'histoire.


Après chacun est libre de le voir...

 

 

 

http://t1.gstatic.com/images?q=tbn:ANd9GcQaf1M6ksGcV-Qbn31k0gbJTpqd5ru_ffh9eCoB-eYpNfiFTHFh

Repost 0
Published by scoobidoo1 - dans Cinéma
commenter cet article
18 mars 2013 1 18 /03 /mars /2013 09:31

Marmaduke est un film réalisé par Tom Dey qui est adapté de la bande dessinée. Marmaduke est un chien gaffeur qui essaie de s’intégrer dans un groupe canin de classe en délaissant ses amis. Un film familial fait pour divertir sans être un chef-d’œuvre, juste pour passer un bon moment.

 

 

 

 

 

Marmaduke, l’adaptation d’une bande dessinée

En 1954, Brad Anderson crée une bande dessinée, Marmaduke, qui est publié dans un journal et est adaptée en 2010 au cinéma par le réalisateur américain Tom Dey. Lors de sa publication était ajoutée des anecdotes de fans sur les chiens pour l’édition du dimanche. Ce qui différencie la bande dessinée au film est que le chien ne parlait pas.

 

Histoire

Une famille voit sa vie bouleversée après avoir troqué le Kansas pour la Californie. Papa ne fait que travailler, délaissant sa femme et ses enfants. Leur chien Marmaduke - un Grand Danois particulièrement gaffeur - n'est pas en reste. Désirant s'intégrer au sein d'un sélectif groupe canin, il en vient à oublier ses nouveaux amis. Ce qu'il ne faut justement pas faire pour être populaire et attirer l'attention de l'être cher! Découvrant dans quel pétrin il s'est mis, ce représentant du meilleur ami de l'homme cherche à réparer ses gaffes, espérant ardemment qu'il n'est pas trop tard pour enfin bien faire.

 


Technique

 

-       Réalisation : Tom Dey qui a également réalisé "Showtime"en 2002 , "Shanghaï kid "en 2000.

-       producteur : John davis et Tom Dey

-       Scénariste Vince Di Meglio et Tim Rasmussen

-       musique : Christopher Lennertz ( compositeur des films "La Horde", "Adam", "Comme chiens et chats - La Revanche de Kitty Galore " ....)

-       Long-métrage américain .

-       Genre : Comédie , Famille

-       Durée : 01h27min

-       Année de production : 2010

-       Distributeur : Twentieth Century Fox France

-       Film à partir de 6 ans



Casting

 

-       Lee Pace : Phil Winslow le maitre de Marmaduke ,comédien qui a joué dans "Possession", et dans "Twilight chapitre 4 : révélation ".

-        William H Macy : Don Twombly, comédien que l'on retrouve très souvent dans des séries tels que "urgences", "La loi de Los Angeles", "Rêves et Cauchemars" et qui tourne aussi beaucoup de films tels que "Hurricane Mary", "Antique"....

-       Juddy Greer : Debbie Winslow

-       David Walliams : Anton Harrisson



Doublage


-       Emma Stone :Mazie

-       Owen Wilson : Marmaduke , jouant également dans "Fantastic Mr Fox"

-        Kiefer Sutherland : Bosco

-       George Lopez : Carlos




Un film divertissant

L’affiche du film fait penser à Scoubidou, ce qui semble être un bon présage...et bien ne vous y fiez pas !

Certes beaucoup de gags, drôle et plein de surprise mais pas à mourir de rire; en fait un chouette film à voir le dimanche après-midi en famille.
Ce qui sauve Marmaduke, ce sont les répliques tordantes de Carlos. Les acteurs sont bons mais il y a quelques défauts dans la réalisation.
Même si ce n'est pas le film de l'année voir un chef-d'oeuvre, le film remplit parfaitement son contrat en étant un film sympa à voir, un bon divertissement tout simplement.

La critique de la presse au moment  la sortie du film en salle fut très sévère:

Je cite téléciné obs: "Aucun animal n'a été mal traité durant le tournage.Côté spectateur c'est moins sûr".


Cela parait dur, étant donné les rires qu’il y a eu dans différentes salles de cinéma pas mal remplie au moment de sa sortie, peut-être se sont-ils trompés de salle et n'ont pas regardé le même film que nous....

L’équipe du Splendid a connu ce genre de critique lors de la sortie de certains films à une certaine époque et lorsque l’on sait qu’aujourd’hui les critiques ne sont plus les mêmes ; on se pose des questions…


Heureusement que l’on ne fait pas tout le temps attention à la presse sinon on ne verra pas grand-chose.

Franchement, l'essentiel est que ce film plaise aux enfants, et il plait aux enfants.
Ils ont passé un bon moment, ont bien rigolé.

http://t1.gstatic.com/images?q=tbn:ANd9GcRs7pFbnVInsqvZNdVhcngNQOY5ZXQDOFJLkmCi1_bCpUHGEX1N0Q

Repost 0
Published by scoobidoo1 - dans Cinéma
commenter cet article
22 février 2013 5 22 /02 /février /2013 10:00

 


 
Costa Gavras, après un séjour en Grèce et de sa découverte littéraire, réalise le film "Z" en 1969, le premier film politique de sa trilogie. Après l'assassinat d'un député progressiste en Grèce, un juge dénonce le complot politique. "Z" est un film dénonciateur qui nous laisse muets à sa fin. Il a reçu de nombreuses récompenses.
 
 
 

"Z" et son origine

 
"Z" est un film réalisé par Costa Gavras en 1969. C'est le premier film politique de la trilogie portant sur le même thème de Costa Gavras avec "L’Aveu" en 1970 et État de siège en 1973.
Pendant un voyage en Grèce, il découvre "Z", un livre de Vassilis Vassilikos qui raconte l’histoire de l'assassinat d’un homme politique de gauche haut placé et dissimulé par la police en simple accident.
Il s'agit d'une histoire vraie, de Gregoris Lambrakis un député grec assassiné en 1963 pour des raisons politiques. De là, il en écrit le scénario pour le film.
 
 

L'histoire

 

À la suite de la mort d’un député, joué par Yves Montand , un juge d’instruction, joué par Jean Louis Trintignant, essaye de déjouer un complot politique dans les années 1960.
 
 

Il est vivant

 

"Z" signifie, il vit, où il est vivant, une lettre utilisée après la mort du député en guise de protestation. On pouvait voir cette lettre notée un peu partout sur les murs de la Grèce. On pouvait aussi la traduire comme l’enfant souriant, titre qui sera donné à l’une des chansons du film.
Il s’agit d’un film politique coup-de-poing qui nous laisse à la fin du générique coi . "Toute ressemblance avec des évènements réels, des personnages morts ou vivants n’est pas le fait du hasard, elle est volontaire" : cet avertissement dès le début du film nous montre bien le degré d’engagement de ce film. Il dénonce les conséquences de la dictature qui nous laisse sans voix.
C’est un film où l’on met du temps avant de s’en remettre. Un film qui a reçu le grand prix du jury à l’unanimité et le prix d’interprétation pour Jean-Louis Trintignant au Festival de Cannes en 1969, mais aussi plus de quarante prix internationaux.
 

         
Repost 0
Published by scoobidoo1 - dans Cinéma
commenter cet article