Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Le blog de scoobidoo1
  • Le blog de scoobidoo1
  • : Partager toutes les émotions reçues dans le cinéma, dans la littérature, le spectacle et la musique entre autre...
  • Contact

Recherche

2 juin 2015 2 02 /06 /juin /2015 14:50
Festival Photo La Gacilly juin-septembre 2015

Créé il y a 12 ans, le Festival Photo Peuples et Nature de La Gacilly est le plus grand Festival Photo en plein air de France. Plus de 600 photographies aux dimensions conséquentes, sont exposées aux yeux des promeneurs dans les rues, les venelles, mais aussi dans les jardins.

Festival Photo La Gacilly juin-septembre 2015

Photo de PAOLO VENTURA : "Histoires sans paroles"

Fils d’un illustrateur, Paolo Ventura est né en 1968 à Milan et a été bercée par les croquis et les histoires de son père. Cet émerveillement et cette passion enfantine font partie intégrante de son travail de mise en scène narrative où l’on peut voir des images d’artistes de rues, de théâtres et aussi de cinémas, qui n'est pas sans rappeler le travail de composition de certains tableaux de Toulouse-Lautrec. Tout commence en inventant une histoire, ensuite il passe à une première esquisse sur papier pour finalement donner le tout en forme 3d : il ne reste plus qu'à prendre l'ensemble en photo.

Les scènes de Paolo Ventura sont teintés de nostalgie et rappellent des instants quotidiens du passé de l’Italie –les murs délavés des immeubles en stucco, les rues pavées– mais sont pourvues toutes d'un ingrédient du genre de l’étrange ou du fantastique qui font écho à son enfance : une imagination abondante pour celui qui croit que le monde réel semble toujours un peu trop gris. PAOLO VENTURA

Festival Photo La Gacilly juin-septembre 2015

Le fait que cette exposition de qualité soit en plein air, cela permet à un grand nombre de personnes de pouvoir profiter gratuitement de celle-ci. Les rues de la Gacilly deviennent alors un lieu public où toutes générations confondues, en s’y promenant, peuvent ainsi s’informer, s’étonner, s’émerveiller, mais aussi se remémorer et peuvent aussi débattre et échanger à partir de toutes ces photos.

Festival Photo La Gacilly juin-septembre 2015

Ce festival a pour but d'attiser, de susciter la curiosité, l'émerveillement, mais aussi la conscience de chacun et même certaines interrogations.

On lui souhaite autant de succès que l'année précédente et on espère qu'il sera à nouveau prolongé jusqu'au mois de novembre car la lumière change à différente période de la journée mais également de l'année et notre regard pourrait encore les contempler d'une autre manière!

Festival Photo La Gacilly juin-septembre 2015
Repost 0
Published by scoobidoo1 - dans actualité
commenter cet article
9 septembre 2014 2 09 /09 /septembre /2014 10:00
Regard de femme. De gauche à droite : Sharbat Gula Afghane aux yeux vert réfugiées dans un camp au Pakistan en 1984 - Femme Tibétaine en 2001 - Afghane in Ghazni en 1990 - Au Tibet, lors d'un festival en 1999

Regard de femme. De gauche à droite : Sharbat Gula Afghane aux yeux vert réfugiées dans un camp au Pakistan en 1984 - Femme Tibétaine en 2001 - Afghane in Ghazni en 1990 - Au Tibet, lors d'un festival en 1999

 

 

Créé il y a 10 ans, le Festival Photo Peuples et Nature de La Gacilly est le plus grand Festival Photo en plein air de France. Plus de 600 photographies aux dimensions conséquentes, sont exposées aux yeux des promeneurs dans les rues, les venelles, mais aussi dans les jardins.

Contraste saisissant entre deux époques... Photographie prise face au Taj Mahal, Ingra, Inde, 1983

Contraste saisissant entre deux époques... Photographie prise face au Taj Mahal, Ingra, Inde, 1983

Le fait que cette exposition de qualité soit en plein air, cela permet à un grand nombre de personnes de pouvoir profiter gratuitement de celle-ci. Les rues de la Gacilly deviennent alors un lieu public où toutes générations confondues, en s’y promenant, peuvent ainsi s’informer, s’étonner, s’émerveiller, mais aussi se remémorer et peuvent aussi débattre et échanger à partir de toutes ces photos.

Cette Photo a été prise en 1904....110 ans plus tard au même endroit, une photo semblable a été prise sans que l'on puisse retrouver l'endroit; car celui-ci a disparu...Voici cette photo

Cette Photo a été prise en 1904....110 ans plus tard au même endroit, une photo semblable a été prise sans que l'on puisse retrouver l'endroit; car celui-ci a disparu...Voici cette photo

Festival photo La Gacilly juin-septembre 2014

Ce Festival a pour but d’attiser, de susciter la curiosité, l’émerveillement, mais aussi la conscience de chacun et même certaines interrogations.

Festival photo La Gacilly juin-septembre 2014
Pablo Picasso et Françoise Gilot avec son neveu Javier Vilato, sur la plage de Golfe-Juan en août 1948

Pablo Picasso et Françoise Gilot avec son neveu Javier Vilato, sur la plage de Golfe-Juan en août 1948

Festival photo La Gacilly juin-septembre 2014
Repost 0
Published by scoobidoo1 - dans actualité
commenter cet article
6 septembre 2013 5 06 /09 /septembre /2013 11:09
 
Stéphane Bern était l’invité de l’émission « C à vous » sur France 5, jeudi  5 septembre et animé par Anne-Sophie Lapix.
 
 
Au cours de la chronique de jérémy Michalak, Stéphane Bern en profite pour dénoncer le comportement et les agissements de Pascale Clark son ex-consoeur à France Inter. Le sujet est abordé lors d’un fou rire dont Patrick Cohen, présent, est pris. Patrick Cohen travaillant avec celle-ci essaie tant bien que mal d’arrondir les angles face aux divers critiques lancés par Stéphane Bern ; mais rien ne l’arrêtera ! D’ailleurs, Anne-Sophie Lapix lui demandera de plus amples explications au sujet de leur conflit perpétuel.
 
"Il y a des noms qui me font m'étouffer". "Je n'aime pas les donneuses de leçons. Je me fais insulter en permanence sur France Inter par Pascale Clark. J'ai fait une réflexion il y a peu de temps sur les jeunes et la fiscalité, elle a dit que j'étais un mauvais citoyen parce que j'étais luxembourgeois et que je ne payais pas forcément mes impôts en France. Or, je suis bien luxembourgeois mais je paye mes impôts en France et je le fais avec plaisir".
 
Pendant onze ans, il a fait partie de France Inter et s’en ait allé pour RTL ; il fait partie dorénavant d’une liste noire d’invités sur cette radio où Pascale Clark a son émission…
 
"Elle est frustrée, elle ne m'a jamais aimé. C'est son droit d'ailleurs ! Je suis aussi parti de France Inter à cause d'elle, elle ne m'a jamais dit bonjour pendant onze ans. Chaque matin, je lui disais bonjour, elle ne me saluait jamais. Je dis les choses franchement, c'est quelqu'un que je n'aime pas et qui ne m'aime pas. Elle est très donneuse de leçons à la terre entière ! Je me souviens, au lendemain de la défaite de Lionel Jospin, elle a dit 'entrons en résistance', il fallait peut-être se mobiliser avant. En même temps je ne veux pas en faire un martyr national, sa vie m'importe peu".
 
Pour voir et revoir ce moment :
  
  
Repost 0
Published by scoobidoo1 - dans actualité
commenter cet article
7 juillet 2013 7 07 /07 /juillet /2013 07:00

Dans le sud de la France, il existe une multitude de grottes à découvrir et à visiter. La grotte de Clamouse fait partie de celles qui ont le plus de renommée et reste la plus visitée lors de la saison estivale.





I - GEOGRAPHIE : OU SE SITUE LES GROTTES DE CLAMOUSE ?


Les grottes de Clamouse sont situées sur la commune de Saint Jean de Fos plus précisément dans le sud de la France à 35 kilomètres de Montpellier, au pied du Causse du Larzac.

La Grotte de la Clamouse ou grotte de Clamouse se trouve à quelques centaines de mètres du Pont du Diable, un pont médiéval du XIème siècle, inscrit au Patrimoine Mondial de l'humanité par l'UNESCO, et qui permettait le passage de l'Hérault aux pèlerins allant à Saint-Jacques-de-Compostelle et venant de Saint-Guilhem-le-Désert.

On peut par conséquent en profiter pour voir le Pont du Diable, voir même se baigner en bas de celui-ci où y est aménagé une base de loisir prévu à cet effet, mais aussi se balader à Saint-Guillem-le –Désert qui est un lieu magnifique à voir et situé juste à côté des grottes de Clamouse.

photos-diverses-860.JPG


 

    II - TARIFS ET HORAIRES DE LA VISITE GUIDEE.



Tarifs :


• adultes : 9 €
(5,70 € groupe + 30 pers. / 6,70€ groupe + 10 pers.)
• tarif réduit (12-18 ans, étudiants, chômeurs) : 7,70€
• gratuit pour les enfants de - de 4 ans
• enfants de 4-12 ans : 5,50€ (4,50€ groupe + 10 pers.)
• groupes scolaires :
- maternelle: 2,50 €
- primaire, collège et lycée: 4,50€
- journée pédagogique avec un professeur : 9,50€
Horaires :
- en haute saison (juillet et août), visites de 10:30 à 18:20
- en moyenne saison (juin et septembre) de 10:30 à 17:20
- en basse saison (février à mai et oct./nov.) de 10:30 à 16:20

La grotte est fermée le reste du temps car le niveau inférieur par lequel on rentre pour visiter est inondé lors des pluies. Celles-ci provoquent la montée de l’Hérault qui envahit le niveau inférieur.



III - INFORMATIONS POUR LA VISITE.


- On nous informe que la visite guidée dure environ 1h15,  mais comptez plus : 2 heures en tout, est plus juste. Mais dans ces 2 heures de visite, il y a 30 minutes de film.

- Les chiens en laisse sont admis : sachez que si votre chien n’a pas une bonne condition physique, évitez d’y aller avec lui. La présence d’un chien de taille moyenne, en bonne santé et pas vieux est le reflet de la difficulté de la visite pour lui. Son maître l’a souvent porté. Mais chacun fait ce qu’il veut….

- La température de la grotte est de 16-17° : un petit vêtement de plus n’est pas négligeable ; mais avec la marche a effectué, on n’a pas le temps d’avoir froid, sauf lors de poseseffectuées.



 

IV – AVANT D’ENTREE.


Même en arrivant de bonne heure (10h) en pleine saison, il faut s’attendre à une longue queue pour arriver à la caisse. Avant d’atteindre la caisse, nous avons dû attendre 11h ; il faut prendre son mal en patience ou bien la meilleure solution est d’acheter les billets sur internet, chose que nous n’avions malheureusement pas faite, comme toutes ces personnes présentes dans la file d’attente.

La deuxième attente est à l’entrée de la grotte. Il faut patienter encore jusqu’à ce qu’un groupe se soit formé et qu’un guide se présente à vous pour vous faire entrer. 1 heure de plus, il faut être vraiment patient. On peut s’occuper en allant à la boutique de souvenirs qui se situent juste à l’entrée. Mais un conseil, ne vous chargez pas avant, faites juste un repérage pour faire vos emplettes après la visite.

photos-diverses-859.JPG



V - LA VISITE :


Un guide arrive pour nous faire entrer dans une salle aménager à l’entrée de la grotte en une salle de cinéma. Le groupe est d’environ 80 personnes.
Avant la visite, on vous projette un film d'introduction qui vous explique la découverte de la grotte, ce qu’elle contient, ce que l’on va découvrir….etc. Le film projeté est en français avec des sous-titres en langues étrangères pour les autres.

Au bout de 30 minutes, revient le guide qui nous explique le parcours que nous allons effectuer avec l’aide d’un schéma projeté sur l’écran. Après quelques explications, la porte de la salle s’ouvre et nous nous lançâmes tout d’abord dans la partie inférieure de la grotte, celle qui est inondable à la montée des eaux.
Cette partie est encore en mouvement, puisque l’eau circule, on n’y voit donc pas de stalagmite ou de stalactite ou autre phénomène de la nature apparente. Son parcours est étroit et grimpe beaucoup
Par contre, le guide nous présentera les êtres vivants du sous-sol. Deux aquariums recouverts pour éviter que la lumière ne vienne déranger ces êtres vivants, sont installés sur le parcours pour nous montrer l’existence de certains animaux au fin fond de la grotte et dans le noir qui pourraient mourir à la lumière. L’un est constitué d’espèces allant dans l’eau, l’autre d’espèces vivantes dans les sous-sol. Ils vivent uniquement dans le noir, c’est pourquoi, on ne peut diriger une lampe torche sur eux au risque de les faire mourir. On se contente de la pénombre pour les observer et pas trop longtemps.

Le chemin se poursuit pour s’arrêter sur une grande plate-forme où la vue est plus jolie que notre étroite route. Le paysage est agréable à regarder.
Enfin, une pose. Car il faut que tout le groupe arrive : 10 minutes après tout le monde est arrivé. Sur celle-ci repose 8 chaises pour permettre à certaines personnes de se reposer car le parcours est rude et fatiguant et surtout mené sur un bon rythme de marche. Mais lorsque tout le monde est arrivé, ceux qui sont assis ne voient plus rien et donc ils sont obligés de se lever.
La raison est simple car à ce palier se joue un spectacle son et lumière. Il s’agit du  nouveau spectacle créé et mis en route depuis juillet 2011. Une nouveauté qui s’intitule « Magnificat, poème de Clamouse ». Après 9 ans d’existence de la cathédrale du temps qui est un véritable lieu où se dresse un opéra de gouttes d’eau, ils ont décidé d’offrir aux visiteurs un spectacle son et lumière.



Le "Magnificat, Poème de Clamouse" est une œuvre écrite pour l'ensemble vocal A Sei Voci, avec harpes, percussions et orgues. Selon la commande de la grotte de Clamouse, cette œuvre a été conçue pour une diffusion de très grande qualité dans la grande salle de la Cathédrale du Temps, découverte au fil des visites, avec la mise en apothéose notamment des deux buffets d'orgues monumentaux. L'œuvre est mise en lumières par Roland d'Hueppe et est présentée au public durant chaque visite guidée depuis le 2 juillet 2011.

La durée de cet opéra est d’environ 4 minutes.
Personnellement, je n’ai malheureusement pas accrochée. Les lumières ne se fondaient pas à l’architecture du lieu, elles n’étaient pas en accord avec les éléments de la nature présents. La lumière en soi n’était pas gênante, c’est plutôt les effets de lumière : des rayures ou des ronds qui déformaient toute la beauté que la nature nous offre à elle seule. Nos yeux ont eu plus de bonheur à regarder à la fin que pendant. Quant à la musique, elle n’était pas déplaisante.


La visite reprend sur une cadence de fou. On continue de monter, et de monter des marches en plus. On arrive à un deuxième plateau qui est l’intermédiaire des niveaux. Le plateau est similaire au précédent et on attend toujours que le groupe arrive en entier car en plus la lumière s’éteint après notre passage. L’attente est un peu plus longue que précédemment car les gens ont plus de mal à suivre. Bien évidemment le guide prend le temps de nous expliquer les phénomènes de la nature que l’on peut observer ; mais sur le palier, on découvre un labyrinthe où de nombreuses galeries apparaissent à nos yeux. Les parois de la roche sont dentelées. Tous ces phénomènes sont dus à l’eau qui pénètre et inonde ce niveau en période de crue.


On repart de nouveau sur un bon rythme et toujours en montant et montant des marches. Mais là, le paysage et même plus le décor de la nature change. Les splendeurs de la nature sont parfois indescriptibles, il faut juste contempler la beauté qui se dresse devant nos yeux et profitez de l’instant subliminale. Le dernier plateau nous donne envie de rester plus longtemps devant cette salle à contempler ce qui a fait la renommée internationale de la grotte : les calcites et les aragonites qui sont étincelantes et d’une finesse, sont à voir. C’est le seul endroit où ce phénomène est visible et à découvrir.


Après cette dernière salle, on sort par une longue descente constituée de larges marches où au bout on aperçoit la lumière et où nous attend le guide pour la petite pièce.

 

photos-diverses-858.JPG



VI – CE QUE L’ON VOIT A L’INTERIEUR :



  1. Géologie :

    La grotte de la Clamouse possède l'un des réseaux souterrains les plus étendus du Sud du Massif central. Des colorations à la fluorescéine, réalisées par Henri Paloc, Louis Martin (SCM) et Daniel Caumont (CLPA), ont permis de mieux comprendre l'étendue du réseau, s'étendant à plus de dix-sept kilomètres de sa résurgence sur le causse du Larzac.
    La grotte s'est lentement formée dans le karst dolomitique, grâce à l'action de l'eau, s'infiltrant dans les fractures de la roche, tout en usant chimiquement, par l'effet de corrosion, ces anfractuosités. Ainsi se sont formés plusieurs niveaux de galeries, correspondant à l'abaissement du lit de la rivière Hérault :

 

  • Un niveau supérieur, fossile, à vastes salles, abondamment décoré par de grands massifs de concrétions, notamment de fines et étincelantes cristallisations blanches de calcite et d'aragonite, qui lui ont assuré sa renommée internationale.

  •  Un niveau intermédiaire, encore parfois inondé en période de crue. Il est constitué par un complexe de galeries creusées par corrosion dans la roche dolomitique et présentant des parois découpées en « dentelles de pierre ». Cet ensemble est appelé le « labyrinthe », zone dans laquelle se perdaient les premiers explorateurs.

  • Un niveau inférieur, noyé, dans lequel circule en permanence l'eau de la rivière souterraine active de la Clamouse, dont le niveau varie en fonction des précipitations.


  1. Concrétions :

    Outre les concrétions classiques (stalactites et stalagmites), la grotte de la Clamouse possède une exceptionnellement grande variété de formations cristallines :

 http://www.clamouse.com/_objets/imgbk/album_photo/stalactites-1367837264-320.jpg  Stalactites                                                                                                                             http://www.clamouse.com/_objets/imgbk/album_photo/stalagmites-1367837418-322.jpg                                                                               Stalagmites

  • les fistuleuses, dont les plus grandes atteignent quatre mètres ;

  •  des draperies de très grandes tailles ;

http://www.clamouse.com/_objets/imgbk/album_photo/la-meduse-1365686178-157.jpg

  •  des concrétions de gours, telles que les perles des cavernes, les cristaux de calcite (dents de cochons), ou encore les coupelles de calcite ;

http://www.clamouse.com/_objets/imgbk/album_photo/gour-1365685990-153.jpg

 

  •  on peut également observer un types concrétions étonnant, les excentriques, qui se forment à partir d'un dépôt de calcaire qui se fait uniquement par évaporation. Ce dépôt est alors soumis à la manière dont l'eau s'étale avant de s'évaporer et aux lois de la croissance cristalline, ainsi qu'aux éventuels courants d'air favorisant l'évaporation et aux pressions capillaires pouvant diriger l'expulsion d'eau. La concrétion croît alors dans tous les sens de l'espace.

 

http://www.clamouse.com/_objets/imgbk/album_photo/excentriques-1365684593-151.jpg

  •  les cristaux d'aragonite sont également un type de concrétionnement particulier. Formant de véritables fleurs de pierre, les aragonites résultent de conditions de concrétionnement particulières, également de la présence de magnésium dans la roche dolomitique de la grotte.

http://www.clamouse.com/_objets/imgbk/album_photo/cristaux-d-aragonite-1365684291-149.jpg


On nous informe que les spéléothèmes font l'objet des plus grands soins à Clamouse. Ainsi, Clamouse est engagée dans le tourisme raisonné et le respect de l'environnement, avec pour mission de concilier la présentation à un large public de ce patrimoine naturel fragile et sa préservation, en limitant au maximum les impacts des actions humaines sur l'environnement. C'est dans cette optique qu'un vaste chantier de remplacement du parc d'éclairage de la grotte par des matériaux LED s'est achevé début 2010. Clamouse est de ce fait la première grotte touristique en Europe intégralement équipée de LED. Cette technologie permet une baisse de la consommation d'énergie (consommation divisée par quarante-cinq). De même, ceci va engendrer une moindre émission de chaleur (nocive au concrétionnement) et limitera les conditions d'un processus de photosynthèse et par là même le développement de micro-végétations.
Pour les visiteurs, ces nouveaux éclairages offrent une expérience visuelle exceptionnelle, mettant en valeur la légendaire beauté de Clamouse en créant une atmosphère unique dans le monde souterrain.
Clamouse, en tant que grotte majeure, se devait d'initier cette démarche pionnière en Europe (première grotte ainsi équipée en France et première grande cavité touristique en Europe).



VI- EXPERIENCES SCIENTIFIQUES



Lors de la visite, au niveau du labyrinthe et du deuxième, beaucoup de spéléogues ont et continuent d’exercer des fouilles et des découvertes car en effet on ne visite qu’une infime partie de la grotte.
Sur ce même niveau,
Michel Siffre a passé plus de deux mois dans la grotte de la Clamouse lors du passage à l'an 2000 pour sa troisième expérience « hors du temps. On ne voit pas l’endroit même où il s’est installé (à moins d’avoir vu l’émission des racines et des ailes qui ont présenté le sujet et l’expérience en juin), mais il était proche de ce deuxième plateau. Cette partie fermée du public permet d’effectuer des expériences scientifiques qui visent à étudier le comportement et les données physiologiques de l’homme privé de repère temporel et isolé pendant plusieurs mois.



VII – Les impressions à la sortie de la visite :


Cette visite est longue et éreintante. Il faut s’attendre à marcher plusieurs kilomètres avec entre 300 et 400 marches.
La première partie n’est pas la plus intéressante, même s’il faut en passer par là. La deuxième partie est jolie, mais pas exceptionnelle. D’autres sont aussi remarquables voir plus. La dernière partie est la plus exceptionnelle et mémorable, mais trop courte.

Le ressenti à la sortie de la visite est très controversé car certes la beauté de la dernière partie mérite d’être vu, mais pour le reste sans plus car marqué par quelques déceptions.


Il y a des choses à en dire :

 

  •  la cadence à laquelle on a visité les grottes n’est pas normale. On ne prend pas le temps de voir les choses, juste aux arrêts aux plateaux, alors que tout le long du chemin, il y a de nombreuses choses à voir.

 

  •  Le son et lumière n’a aucun intérêt et beaucoup de gens en diront autant….

 

  • On a l’impression qu’une seule catégorie peut visiter : les sportifs.

 

  • Une visite dans les grottes avec 80 personnes à la queuleuleu, ce n’est pas normal. Et c’est tout le temps la même quantité.
    Pour les étrangers : la visite se fait à l’aide d’une feuille et on se demande s’ils ont vraiment eu le temps de la lire ?

http://www.clamouse.com/_objets/imgbk/album_photo/cathedrale-du-temps-1365683875-142.jpg

 



EN CONCLUSION :



Oui elle mérite d’être visitée, mais pas de cette manière !

Il faut savoir faire contempler les belles choses et pas juste les apercevoir. C’est le seul endroit où l’on connait une telle cadence de visite et il vaut mieux qu’il n’existe pas d’autre lieu qui procède de la même manière.

Cette grotte est beaucoup visitée, il faut savoir que l’influence est telle que le parking gratuit est la plus part plein. Et la proximité de lieu à visiter remplit les autres parkings, c’est pourquoi ils ont fait des gigantesques parkings avant d’arriver et ont mis à disposition des navettes gratuites qui vous déposeront au pont du Diable, aux Grottes de Clamouse et à Saint Guilhem le Desert. On peut pleinement profiter de ce transport pour visiter sans l’angoisse de trouver une place.


La visite en hors haute saison est peut-être plus agréable et il semblerait que si l’on en a l’occasion, cela soit plus agréable à effectuer pour éviter tous les désagréments et à l’occasion, c’est ce que j’essaierai parce que sinon ce n’est pas terrible de cette manière.
Mais visuellement, pour en prendre plein la vue, elle vaut quand même le détour.



Les plus :

- le visuel
- les phénomènes de la nature
- Les concrétions
- La vie sous terre des êtres vivants


Les moins :

- le rythme de la visite
- le nombre de personnes


Bonne visite !

 http://www.clamouse.com/_objets/imgbk/album_vignette/couloir-blanc-1365586933-58.jpg

Repost 0
Published by scoobidoo1 - dans actualité
commenter cet article
17 décembre 2012 1 17 /12 /décembre /2012 15:18

 

Gibert Edelstein, directeur du cirque Pinder, qui avait confié les deux éléphantes au parc de la Tête d'Or de Lyon, s'oppose à leur euthanasie et demande à ce qu'on soigne et lui rende les animaux.

 

 

Les éléphants confiés à un parc, risque l’euthanasie.

 

Gilbert Edelstein a confié Baby et Népal, ses deux éléphants au parc de la Tête d’Or de Lyon.

Le cirque possédait déjà 2 autres éléphants et a acquis ces 2 autres éléphants en 1992. Durant 7 ans les 4 éléphants cohabitaient parfaitement bien jusqu’au jour où ceux-ci se sont battus avec les deux anciennes ; il fallut donc les séparait. Le maire de Lyon à l’époque, leur a proposé de les placer dans le parc de la Tête d’Or par mesure de sécurité et en attendant qu’il trouve une solution pour les récupérer.

Pinderland est le projet de parc de Gilbert Edelstein, situé près de Melun, où il comptait mettre les deux éléphants, mais qui n’ouvrira ses portes que d’ici fin 2013 pour des raisons administratives.

 

La pétition contre l’euthanasie

 

Après que les deux éléphants aient contracté la tuberculose, la préfecture du Rhône prend la décision de les euthanasier en justifiant sa décision que les «risques graves que l'infection dépistée» (la tuberculose) font «peser sur la santé des personnes évoluant dans l'environnement proche des animaux».

Bien évidemment, le propriétaire des éléphants les avait confié en bonne santé ; c’est il y a 2 ans qu’ils ont dépisté la tuberculose sur l’un des deux, mais cette maladie se soigne très même si cela s’avère couteux. De plus, lorsqu’il leur avait confié les deux éléphants, la ville de Lyon devait s’engager à en prendre soin et à les soigner si besoin était : convention signée.

C’est vendredi 14 décembre que Gilbert Edelstein reçoit un courrier lui annonçant la décision de les euthanasier. Il dénonce leurs manières d’agir et leur folie ; une suspension in extremis a été obtenue ce lundi lui permettant de déposer un recours.

Les internautes se joignent à ses côtés et font circuler une pétition intitulée « Sauvons Baby et Népal » où le nombre de signatures augmentent à grande vitesse.

 

Voici le lien pour cette pétition :

 

http://www.avaaz.org/fr/petition/Sauvons_Baby_et_Nepal_de_leuthanasie/

Repost 0
Published by scoobidoo1 - dans actualité
commenter cet article
5 avril 2012 4 05 /04 /avril /2012 13:51
3416189388_0c9f1294c2.jpg
 
Le château comporte 2 143 fenêtres – 67 escaliers
 La grille d’entrée est encadrée par les Lyres d’Apollon.
 
La cour d’honneur  conduit à la cour de marbre ou on distingue le château de Louis XIII autour duquel Louis XIV fit construire le château par  Le Vau .Démarrée en 1663, la construction du château a été continue tout au long du règne de Louis XIV. On peut estimer le coût global de Versailles à environ 80 millions de livres .
 

 

Il fait appel au jardinier LE Nôtre qui a déjà fait les jardins de  VAUX-LE-VICOMTE  qui se charge de tracer des jardins en terrasses, agrémentés de parterres et de bosquets.

 

Une machine unique au monde, un aqueduc et un réseau de conduits sont nécessaires pour alimenter tous les bassins. Aujourd’hui il reste encore 460 jets d’eau.

 

En 1668, LE VAU double les 3 corps du château par 3 bâtiments côté jardin.

 

La même année achat du village « le Trianon » dans l’idée d’y faire bâtir un pavillon pour la collation. Construit en 1670 il tombe en ruine en 1687, Louis XIV le fait détruire et commande à Mansart le pavillon de marbre actuel.

 525142436_086154508c.jpg

 

Visite :

 
1 – la chapelle commencée par Mansart est terminée par Robert de Cotte en 1710 et succède à 3 chapelles provisoires et est consacrée à St Louis.
 
2 – le vestibule : 8 portes et les fenêtres ornées des figures des Vertus.
 
3 – Le salon d’Hercule : servait pour les réceptions, 2 œuvres de Véronèse . Le Plafond représente l’Apothéose d’Hercule.
 
4 – le Salon de l’abondance : on y dressait des boissons pour les courtisans sur des buffets .Le plafond représentant l’allégorie de la Magnificence Royale.
 
5 – Le salon de Vénus : nom justifié par la peinture du plafond : Vénus assujettissant à son empire les divinités et les puissances. Statue de Louis XIV : le soir on servait dans ce salon une collation.
 
6 – salon de Diane :  salle de billard. Sur le plafond : Diane sur son char présidant à la chasse et à la navigation .
 
7 Salon de mars : d’abord salle des gardes puis salle de jeux– concerts, bals. On peut y voir des portraits de Louis XV et de Marie Leczinska. Sur le plafond : Mars sur un char tiré par des loups.
 
8 – Le salon de Mercure : Plafond peint par Jena Baptiste de Champaigne : Mercure sur un char tiré par 2 coqs précédé par l’Etoile du matin et accompagné par les  Arts et les Sciences.
Pendule offerte par Morand avec des automates en 1706 cette pièce servait d’antichambre puis de chambre de parade tapisseries des Gobelins.
 
9 – Le salon d’Apollon : Salle du trône le jour, salle de Musique et pour la Danse le soir – portrait de Louis XIV. Le plafond : Apollon sur son char accompagné des saisons. On reconnaît la France assise en bas à droite : robe bleue brodée de fleurs de lys.
 
10 – Salon de la guerre :panneaux de marbres ornés de six trophées et chutes d’armes . Aux angles du plafond, les 4 globes aux armes de la France.  Bas relief représentant "Louis XIV  à cheval foulant aux pieds ses ennemis et couronné par la Gloire". Le plafond : la France armée assise sur un nuage entourée de victoires.
 
11 – la Galerie des glaces :
En 1678, on construit une galerie pour relier les appartements de la Reine et ceux du roi : le nouvel architecte du,roi Jules Hardouin-Mansart construit la galerie des glaces à l’emplacement de l’ancienne terrasse haute de Le Vau. Charles Le Brun en assure la décoration peinte et le choix du mobilier en argent massif : torchères, guéridons, tables, grands vases pour y mettre des orangers. Le plafond raconte l’histoire de Louis XIV de 1661 à 1678 et de ses guerres - longue de 73 mètres elle est équipée d’immenses miroirs (total : 457 miroirs) qui font face aux fenêtres ..Grande salle de bal.
  
12 – Le salon de la paix : fait le pendant au salon de la guerre avec la même décoration. Le  plafond : La France traversant les airs sur un char tiré par quatre tourterelles précédée par la Paix couronnée par la Gloire . La Reine tenait sa cour dans ce salon et on l’appelait le Salon de Jeu de la Reine.
 
13 La chambre de la Reine : au plafond : 4 médaillons qui sont l'oeuvre de Boucher ; ils représentent : la Charité, l’Abondance, la Fidélité et la Prudence. On peut y voir le buste de Marie-Antoinette.
 
14 – salon des nobles de la Reine :  c’est là  que la Reine recevait. Le plafond a été peint en 1671 par Michel Corneille : il représente les arts et les sciences. Il y a également des vases en porcelaine de Sèvre et de Chine ainsi qu'un grand portrait de Louis XV.
 
15 – Le salon du grand couvert :  c'est l'antichambre de la Reine : c’est là que les visiteurs attendaient. Au-dessus de la cheminée, il y a un tableau de Vigée-Lebrun qui représente Marie – Antoinette.
 
16 – Salle des gardes de la Reine : cette salle est faite de panneaux de marbres verts et rouges.  
 
17 – Salle du sacre :  on doit le nom au tableau de David que Louis-Philippe a fait placer : le sacre de Napoléon. Le tableau fut transporté au Louvre et a été remplacé par une répétition que David avait faite celui – ci montre le moment où Napoléon tourne le dos au pape et élève la couronne au-dessus de Joséphine.  
 
21 – galerie des Batailles : tableaux.  
 
5269516953_c076fa1a27.jpg
Repost 0
Published by scoobidoo1 - dans actualité
commenter cet article