Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Le blog de scoobidoo1
  • Le blog de scoobidoo1
  • : Partager toutes les émotions reçues dans le cinéma, dans la littérature, le spectacle et la musique entre autre...
  • Contact

Recherche

5 mars 2012 1 05 /03 /mars /2012 16:00

imagesCAWAEWTE.jpg

 

L'entreprise MyMajorCompany qui après avoir lancé des chanteurs comme Grégoire via les investissements des internautes se lancent dans la Bande Dessinée avec le Chômeur et et sa Belle et d’autres projets...

 

Voilà 5 ans que Jacques Louis porte le projet depuis son blog http://roudoudouetpetitebouclee.over-blog.com/ et attend enfin de voir sa BD distribué dans les librairies !

 

Avant d'obtenir le soutien de 235 éditeurs sur MyMajorCompagny, il fallait qu’une maison d’édition franchisse le pas pour signer un contrat. C'est Benoît Fripiat, manifestement un visionnaire de génie de chez Dupuis, qui l'a fait.

 

Après la maison d’édition, il fallait que les internautes investissent dans le projet et quel moment fort car en effet le projet fut un succès auprès des internautes qui au cours du mois d’octobre a gagné les 25 000 euros en une semaine. Le chômeur est la première BD financée sur le site en un temps record…

 

L'avis de la Sélection Dupuis :

 

Ce n’est pas parce que l’auteur se prénomme Jacques et que sa Céline de compagne est mathématicienne que « Le Chômeur et sa Belle » est une bande dessinée autobiographique ! Certains détails sont quasi complètement inventés ! A travers des pages de gags et des histoires courtes, Jacques Louis nous raconte la stupeur du jeune trentenaire qui, pour la première fois de sa vie, doit s’engager dans une relation sérieuse. Entre la mère du héros qui adore sa nouvelle belle-fille mais oublie son prénom (mais jamais celui des ex de son fils), le copain punk qui vient s’installer dans le salon tout en vomissant le confort bourgeois ou l’ancienne fiancée de Jacques qui devient son agent et l’emmène à Londres pour exposer ses toiles, les situations sont criantes de vérité… pour tous les gens qui ont déjà vécu au moins quelques semaines en couple. Cette série familiale, lisible par tous, a déjà été très bien accueillie par le public du journal de Spirou dans lequel elle est publiée depuis l’été 2010. Humour, tendresse, émotions, coups de théâtre, personnages attachants… Jacques Louis nous propose une série riche et joyeusement impudique.

 

Le Chômeur et sa Belle :

 

Genre :

Bande dessinée - humour, comédie familiale

 

À propos :

Une BD de Jacques Louis (scénario, dessin et couleurs)

 

L’histoire :

Entre Jacques, l’artiste au chômage, et Céline, la chercheuse en mathématiques, ce fut le coup de foudre ! Trois mois plus tard, les deux tourtereaux décident d’emménager ensemble (ou pour être précis, « Roudoudou » — pour les intimes — emménage dans l’appartement de « Petite Bouclée »…).

 

Entre l’éternel adolescent, un peu glandeur et grand fan de jeux vidéo et de junk-food, et la jeune femme, un peu maniaque, très gourmande mais obsédée par son poids, le bonheur est total. Mais de courte durée. Car le quotidien est impitoyable et va tout faire pour les éloigner l’un de l’autre. Comme si leurs caractères diamétralement opposés n’y suffisaient pas…

 

Éditeur :

 

Dupuis - My Major Company BD

 

Prix :

10,60€ TTC

 

Jacques Louis :

Né en 1984 à Etterbeek (Bruxelles), d'un père illustrateur et d'une mère présidente d'un mouvement féministe, Jacques découvre la bande dessinée dès son plus jeune âge. A quinze ans, il commence des cours de BD avec Thierry van Hasselt, éditeur chez Fréon et excellent pédagogue. En 2004, il remporte le concours de la Communauté française de Belgique, ce qui lui vaut un chèque de 1000 euros mais surtout un voyage pour le festival de BD d'Angoulême. Il y présente quelques travaux d'étudiant et un projet de BD de science-fiction. La désillusion est complète, le travail est amplement décrié, mais les conseils sont constructifs. Chaque année, il retourne au Festival avec de nouveaux projets, et chaque année, il en revient bredouille. Il donne des cours de dessin pour survivre, mais l'essentiel de son temps, il le passe au chômage, tandis que sa compagne assume la plupart des frais du ménage. En 2007, Jacques décide de changer d'orientation, il arrête la S-F et crée un nouveau projet basé sur des dessins humoristiques autobiographiques qu'il réservait jusqu'ici à sa compagne, Céline. C'est ainsi que naît le blog "Roudoudou et Petite Bouclée". En 2009, il revient à Angoulême. Cette fois, son projet intéresse Benoît Fripiat, éditeur chez Dupuis. "Le Chômeur et sa Belle", satire sur le couple et fausse autobiographie de l'auteur, débarque dans le journal de Spirou en juillet 2010.

(Source MMC BD)

 

images0.jpg

Une histoire dans l'air du temps :

Le chômeur et sa belle est dans l’air du temps et devrait plaire à une grande majorité de la population. Tous les amoureux de la série tv scènes de ménages vont plonger dans l’univers de jacques Louis et de son chômeur. Cette série familiale est déjà bien accueillit et promet.  Une bande dessinée pleine d’humour,  de tendresse et d’émotions. On s’attache aux personnages comme dans scènes de ménages et on les suit avec bonheur. On n’a pas envie que cette BD arrive à la fin ; on aimerait que la dernière page n’arrive pas.

D’ailleurs, le tome 2 est déjà en préparation et on s’impatiente de voir arriver la suite…

 

Pour la sortie de la bande dessinée, Jacques Louis sera au Salon du livre de Paris :

-          Le samedi 17 mars de 13h à 16h et le dimanche 18 mars de 10h à 12h30 pour une séance de dédicace.

- Puis il sera à Lyon les 24 et 25 mars

9782800150000-G.jpg

Repost 0
Published by scoobidoo1 - dans Littérature
commenter cet article
12 décembre 2011 1 12 /12 /décembre /2011 15:51
1789
 
1789, les Amants de la Bastille  est la nouvelle comédie musicale du duo Dove Attia/Cohen  producteur du spectacle Mozart, l’opéra rock.
Rod Janois interprète Camille Desmoulins, l’un des principaux interprètes des Amants de la Bastille. Son nom ne vous dit peut être rien et pourtant ses chansons sans aucun doute…
Rod Janois est un artiste complet, à la fois auteur, compositeur et interprète.
Déjà présent dans « Le Roi Soleil », où il compose, avec William Rousseau, la chanson « Tant qu’on rêve encore », on le retrouve également sur l’album de « Mozart L’Opera Rock », où il cosigne, avec la bande des 5 que l’on retrouve encore pour ce spectacle (Rod Janois, William Rousseau, Jean-Pierre Pilot, Olivier Schulteis et Dove Attia) des titres comme « Tatoue moi », « L’assasymphonie » ou « C’est bientôt la fin ».
 
Rod Janois avec la bande des 5 compose la première chanson extraite du spectacle  « ça ira mon amour » qu’il interprète.
Rod, toujours avec la « bande des 5 », a activement participé à la composition des chansons de « 1789, les amants de la Bastille » et en particulier la chanson « Ca ira mon amour », premier single du spectacle, dont il est également l’interprète.
Depuis seulement le mois octobre 2011, on nous dévoile les artistes de la troupe au fur et à mesure et depuis la fin du mois, le premier clip des révolutionnaires ça ira mon amour fait son apparition.
 
Enfin, on peut déjà réserver ses places car le service de la billetterie est ouvert. Le spectacle débutera au Palais des Sports de Paris par une répétition générale ouvert au public (à réserver) le 29 septembre 2012 et commencera à se jouer dès le 10 octobre 2012…
 
 

FICHE TECHNIQUE

  • Titre : "1789, les Amants de la Bastille"

  • Production : Dove Attia et Albert Cohen
  • Mise en scène : Giuliano Peparini 
  • Chorégraphie : Giuliano Peparini
  • Musique : Rod Janois, Jean-Pierre Pilot, Olivier Schultheis, William Rousseau et Dove Attia 
  •  Paroles : Vincent Baguian et Dove Attia 
  • Répétition générale : 29 septembre 2012 au Palais des Sports de Paris 
  • Première représentation du spectacle : 10 octobre 2012au Palais des Sports de Paris
  • Réalisation des chansons : Rod Janois, Jean-Pierre Pilot, Olivier Schultheis, William Rousseau et Dove Attia 
 
 

CASTING

 
  • Rod Janois : Camille Desmoulins est l'ami de Lazare et de Danton. C’est un  jeune écrivain fougueux et romantique, c’est la plume de la révolution. C’est lui qui introduira Lazare dans le monde des révolutionnaires du Palais Royal.
  • Nathalia : Solène est la sœur de Lazare.
  • Camille Lou : Olympe est la sous gouvernante des enfants royaux, fille du lieutenant du Roi à la Bastille.
  • Roxane Le Texier : Marie-Antoinette est reine de France.
  • Mathieu Carnot : Lazare est un jeune paysan et fils de fermier.
  • Comédien non révélé : Georges Jacques Danton est avocat, président du district des cordeliers. Il sera un de ces hommes d’action qui organiseront l’insurrection populaire contre le pouvoir de Versailles.
  • Comédienne non révélée : Charlotte est la gamine de Paris.
La capitale est son royaume, Charlotte connaît tout et tout le monde la connaît et elle sera une amie et surtout un soutien précieux pour les deux amants.
 
 
 

L’HISTOIRE

 
 
En 1789, la famine et le chômage font rage et rendent la vie difficile partout en France. Malgré cela la cour de Louis XVI ne semble pas voir le désespoir de son peuple et continue de dépenser l’argent à Versailles. Sa légèreté mais aussi son insolence à ne pas entendre son peuple amène celui-ci à la révolte.
 
Lazare est un jeune paysan révolté  à qui l’on a retiré sa terre pour payer ses dettes ; marqué par les injustices, il décide de partir pour Paris pour conquérir la Liberté.
Tandis que, Olympe, d’origine noblesse,  est la gouvernante à Versailles des enfants du roi et de la reine et se consacre entièrement à Marie Antoinette, la reine souveraine.
Ces deux personnes sont différentes par leur milieu d’origine et rien ne présager qu’une rencontre aurait lieu et pourtant…
 
Leur histoire d’amour débutera en même temps que celle de la révolution française. Olympe et Lazare plongeront dans une trame de l’histoire mouvementée mais aussi romantique. Leur histoire est chaotique, faites d’embûches pour vivre leur passion amoureuse qui sera passionnante ;  ils finiront par se perdre pour se retrouver par la suite.
Ils accompagnent les plus hauts personnages de leur temps tels Danton le magnifique, Camille Desmoulins journaliste fougueux ou Jacques Necker l'austère ministre du Roi, et  ils connaîtront les soubresauts de la Grande Histoire.

Leur histoire d’amour les emmènera jusqu'au matin du 14 juillet 1789, au pied d'une des prisons les plus sombres et les plus mystérieuses de Paris, la Bastille, pour y vivre l'événement qui scellera à tout jamais leur destin mais aussi marquera l'émergence d'un monde nouveau, l'envol de nouvelles promesses de Liberté, et de fraternité entre les hommes.



RECOMPENSES ET SUCCES

 
 
Le single est à peine sorti et le spectacle n’a pas commencé que les portes du succès s’ouvrent déjà avec des Pré-nominations aux NRJ Music Awards 2012 :
Le spectacle est prénominé aux NRJ Music Awards, avec cinq autres compétiteurs. Les internautes doivent voter pour n'en garder que quatre, avant d'élire le vainqueur.
•             Groupe / duo / Troupe française de l'année
•             Clip de l'année
 
Un spectacle musical qui débute bien sa carrière et qui nous promet encore de belles choses…
  
  
Repost 0
Published by scoobidoo1 - dans Spectacles
commenter cet article
9 décembre 2011 5 09 /12 /décembre /2011 10:21

persuasion

Jane Austen est une romancière anglaise qui est née en 1775 et  son dernier livre Persuasion a été  écrit de son vivant. En deux mots, il s’agit d’un livre où elle tourne en dérision la société avec beaucoup d’humour. Le titre Persuasion du livre sera choisi par son frère après sa mort.

 

 

Jane Austen

 Jane Austen nait en Angleterre en 1775 au sein d’une famille de pasteur au milieu de huit frères et sœurs. Leur éducation se fera principalement chez eux ; sa sœur Cassandra restera proche de Jane jusqu’à sa mort en 1817.

Elle commence à écrire dès 11 ans, d’abord des parodies sentimentales puis des romans comme Raisons et sentiments, Orgueil et préjugés. Elle ne se mariera pas, tout comme sa sœur Cassandra, et participera à l’éducation de ses neveux et nièces. Elle ne connut pas de succès de son vivant, contrairement à aujourd’hui où ses œuvres font l’objet d’adaptation au cinéma à la télévision.

Son dernier roman Persuasion sera publié à titre posthume puisqu’ à la suite d’une longue maladie, elle décède en nous laissant ce dernier magnifique livre.

 

 

L’histoire

 Anne, la deuxième fille du baronnet Sir Walter Elliot, est une jeune femme de 28 ans, paisible et solitaire. Son seul regret est de ne pas avoir épousé il y a huit ans, Frédérick Wentworth, l'homme qu'elle aimait. Son excellente amie, Lady Russell, l'avait persuadée que cette union lui serait défavorable. Après une longue absence, Frédérick, devenu capitaine, est de retour. Il est riche, et cherche à se marier. Les prétendantes sont nombreuses et il feint d'ignorer Anne. Mais l'a-t-il vraiment oubliée ?

 

Une société tournée en dérision et le choix du titre

 Jane Austen n’aime pas les conventions et même les ridiculise, mais sans froisser qui que ce soit. Persuasion, publié en 1818, suit les œuvres précédentes mais avec un ton un peu plus grave.

Tous ses livres sont écrits à partir de ses propres expériences et ses héroïnes lui ressemblent.

Dans Persuasion, elle y décrit une intrigue amoureuse entre Anne et Frederick qui se sont rencontrés, se sont aimés et se sont séparés. On s ‘attache assez facilement à Anne par sa sensibilité et sa douceur.

Bien sûr, Jane Austen nous donne sa vision de son époque sur la société victorienne avec ses défauts et ses habitudes. Elle tourne en ridicule toutes ces convenances et surtout de la position sociale en montrant l’ineptie des deux amoureux qui ne peuvent s’aimer. Son écriture, pour nous décrire tout cela, est simple, percutant, sérieux et drôle à la fois.

 

On peut remarquer l’omni présence du thème de persuasion dans son roman.

Seulement le titre Persuasion a été choisi par son frère Henry comme une conviction dans la langue de Shakespeare, bien que Jane Austen en avait choisi un autre qui était Ann Elliot ou l’ancienne inclination, qui semble être un choix plus judicieux lorsque l’on le lit.

Le thème de persuasion est omni présent dans son roman ; d’ailleurs le mot persuasion sera employé à diverses reprises selon les lieux, les personnages et sous différentes significations.

 

On se laisse porter par cette délicate histoire où l’héroïne qui repoussât son ancien amant le retrouve huit ans après. La description des personnages, tant sur le plan physique que psychologique, est bien faite. Jane Austen nous tient en haleine jusqu’à la fin, grâce à une intrigue bien ficelée, même s’il n’y a pas vraiment de doute sur une fin heureuse.

Repost 0
Published by scoobidoo1 - dans Littérature
commenter cet article
6 décembre 2011 2 06 /12 /décembre /2011 13:01

images

Jean Cocteau, célèbre artiste dans divers domaines, a écrit "Les enfant terribles" en 1929 et qui sera porter à l'écran plus tard en 1950. Il s'agit d’une histoire d’amour entre deux enfants, un frère et une sœur, inventée par eux dans leurs mondes imaginaires ; suite à une blessure qui impose le frère à rester enfermé dans sa chambre, ils s’échappent de la réalité sans y revenir.  "Les enfants terribles" est un livre dramatique qui nous emmène dans un voyage rempli de sentiment.

 

Jean Cocteau

Le livre intitulé "Les enfants terribles" est un récit poétique, écrit par Jean Cocteau en 1929. Jean Cocteau est un écrivain français, né en1889 à Maison-Laffite et décédé en 1963 à Milly-la-Forêt.

Il n’est pas seulement un célèbre écrivain, poète du XXème siècle, il pratiquera au cours de sa vie d’autres activités artistiques comme la dramaturge, le métier de cinéaste, la peinture avec le dessin, la lithographie, la céramique et la tapisserie avec le même talent que pour l'écriture.

Après le succès de son livre, Jean Cocteau adapte le scénario avec la complicité de Jean-Pierre Melville pour permettre à ce dernier d’en réaliser un film en 1950.

 

L'histoire

Après avoir reçu une pierre cachée dans une boule de neige, Paul, blessé, doit rester cloitré dans sa chambre afin de reprendre des forces. Il ne quittera plus sa chambre. Accompagné de sa sœur Elisabeth, ils transformeront leur vie pour délaisser la réalité et se laisser porter dans des mondes imaginaires.

 

Un voyage fantastique

Jean Cocteau reste un immense poète. Ce roman écrit en 17 jours se lit d’une traite et à tout âge.

Il ne faut pas confondre  "Les enfants terribles"  avec le livre intitulé "Les parents terribles" qui est une pièce de théâtre de 1938.

Le livre et le film "Les enfants terribles" sont très complémentaires tous les deux. Lorsque celui-ci est porté à l’écran, il adapte le scénario pour qu’il reste assez proche de son roman. On peut donc lire son livre et y ajouter quelques images avec son film.

C’est une histoire prenante que cet amour quasi-incestueux pour un frère et une sœur, cloitrés dans l’enfance et leur chambre, à la frontière des mondes invisibles…

On part dans ce voyage fantastique à bord d’une chambre…

Ce livre est plus beau que les autres, il devient comme une confidence, il a les libertés, les surprises du laisser-aller, il a les lumières de la fièvre, la fragilité du verre de la convalescence. En un mot : Intemporel !

 "Les enfants terribles" semble être plus un long poème en prose qu’un simple roman.

Jean Cocteau, en étant à son sommet, nous emmène dans le monde de l’enfance marqué par le rêve, mais aussi la folie et surtout un magnifique amour. Une œuvre qui est à la fois dérangeante et originale.

La logique n’a aucun intérêt ici ; comme le disait Cocteau : "ne me demandez pas pourquoi". Il suffit juste de se laisser submerger par un océan d’émotions sans chercher à y trouver un quelconque message.

 

Citation : "Les privilèges de la beauté sont immenses. Elle agit même sur ceux qui ne la constatent pas".

De Jean Cocteau. Les enfants terribles.

 

 

Repost 0
Published by scoobidoo1 - dans Littérature
commenter cet article
7 novembre 2011 1 07 /11 /novembre /2011 11:00

Les comédiens au temps de Molière

 

 

Au XVII è siècle, la majorité des acteurs sont ambulants, ils se produisent de ville en ville, emportant avec eux les décors. Ils utilisent au début du 17ème le décor multiple issu du théâtre médiéval avec des panneaux coulissants suivant la scène jouée ; les comédiens se déplaçant devant le panneau correspondant au texte.

Ils se produisent dans la rue sur une simple estrade montée sur des tréteaux, une toile isole le fond de la scène de l’extérieur.

Le public est debout et amassé devant l’estrade.

 

Les costumes valent très chers ils sont la propriété de l’acteur.

D’abord des vêtements de tous les jours pour les petites compagnies puis ils deviennent plus sophistiqués avec de riches tissus comme le velours, le satin la soie lorsque la compagnie s’enrichie.

Il n’est pas rare que de riches seigneurs offrent leurs habits de cour à une troupe.

Parfois il arrive même que des acteurs jouant des bergers soient vêtus comme des princes, ce qui peut créer quelques confusions. C’est Molière le premier qui va décider d’habiller les acteurs de manière à ce que le public les reconnaissent dès leur entrée en scène.

Certaines troupes bénéficient de la protection d’un noble ou riche seigneur qui leur offre une salle de spectacle et une rente (versement d’argent).

C’est le cas de la troupe de Molière qui bénéficie du soutien du frère de Louis XIV ce qui lui permet de s’installer dans des salles de jeu de paume pendant plusieurs mois.

Ainsi logée, la troupe peut aménager des balcons, des gradins pour le confort des spectateurs. Molière peut aussi en profiter pour écrire de nouvelles pièces en toute tranquillité. Le succès est tel que la troupe de Molière devient en 1665 la troupe du roi.

Molière va se produire à Versailles, à Vaux le Vicomte devant le roi Louis XIV et sa cour.

 

Au 17ème siècle les comédiens sont superstitieux, ils ne s’habillent jamais en vert (la teinture étant toxique, nombreux comédiens sont morts).

De même, siffler dans le théâtre et prononcer le mot « corde » porte malheur. A l’époque, la scène était éclairée par des chandelles et le feu y prenait fréquemment. Les comédiens avaient donc installé au dessus de la scène, des sceaux d’eau pour combattre le feu. Au mot « corde », les sceaux étaient vidés et la scène inondée rendant impossible le spectacle.

 

 

Les différentes troupes se livraient des « guerres » allant jusqu'à inciter  les comédiens de la troupe adverse à quitter leur emploi, pouvant saboter le spectacle ou les décors, voler les manuscrits, dénoncer les comédiens pour vols pour dette …

Le clergé censurait (interdire) aussi certaines pièces persuadé que le théâtre pervertissait (était mauvais pour la société) la société.

La troupe de Molière n’y échappe pas, installée au palais du petit Bourbon à Paris elle voit un jour son théâtre détruit.

Louis XIV donnera alors à Molière la salle du Palais Royal qu’il devra partager avec la troupe des italiens.

Grâce à cette cohabitation, Molière va s’inspirer de la comédie dell Arte

en pratiquant à son tour les mimiques (grimaces), la gestuelle (faire des gestes), les acrobaties, la musique dans ses pièces.

 

Cette nouvelle salle après deux mois de travaux possède un amphithéâtre arrondi, 2 balcons superposés et une fosse d’orchestre ce qui permettre à Molière de jouer des comédies ballets (danses sur scènes accompagnées par des musiciens). Lully y écrira de la musique pour Molière.

Mais cette salle dispose surtout d’une machinerie remarquable composée de trappes, de tringles et d’ascenseurs qui permettent des innovations de mise en scène comme le survol de la scène par un acteur.

 

En plus des 2 balcons où s’installe la bourgeoisie, il arrive aussi que des personnages importants aient leur place réservée sur la scène.

Le prix de la place est alors de 60 sols (soit environ 25 euros).

Le parterre est le lieu où s’entasse la classe populaire debout le prix est alors de 15 sols (soit environ 6 euros).

 

Contrairement à aujourd’hui, les spectateurs au 17ème siècle n’étaient pas calmes, le chahut et les commentaires à haute voix, les vols de bourses y étaient habituels perburbant les représentations.

 

L’idée que se font les gens des comédiens ainsi que les vies des acteurs s’améliorent tout au long du 17ème siècle, certains d’entres eux connaitront une aisance financière et un fort succès grâce à leurs protecteurs, leur talent et aux recettes de leurs spectacles (le prix de la place pouvant être doublé en cas de succès).

D’autres auront moins de chance ou moins de talent et mourront dans le

plus grand anonymat.

 

A la mort de Molière, Louis XIV ordonna le regroupement des différentes troupes de comédiens de Paris ce fut la fondation de la Comédie Française.

Ressources : livres : molière d’isabelle jan

                                   Meurtre au palais royal de marcel pineau

                                   Molière et ses personnages de thierry colignon

 

 

                     Internet :   http://17emesiecle.free.fr/Theatre.html

                                        http://www.toutmoliere.net/index.html

                                        http://www.toutmoliere.net/index.html

                                        http://www.artsalive.ca/fr/thf/faire/genres.html

                                        

http://fr.wikipedia.org/wiki/Illustre_Th%C3%A9%C3%A2tre

 

http://www.lartscene.com/reflet.php?id_theme=58

 

http://www.ledevoir.com/2005/12/10/97437.html?259

 

http://www.charpentier.culture.fr/fr/html/bio/thea/bio_thea.htm#

http://www.lafontaine.net/lafontaine/lafontaine.php?id=58

 

 

moliere.jpg

Repost 0
Published by scoobidoo1 - dans Littérature
commenter cet article
6 octobre 2011 4 06 /10 /octobre /2011 10:26

 

Passionné par la musique électronique, Alex Kassel, DJ français, repart à New York où il a effectué ses études musicales. Il y est fait des rencontres et lance son premier single qui sera retenu pour un jeu vidéo. Un autre titre connaît également un certain succès et continue son chemin dans le monde entier. Il profite de son talent pour nous offrir un remix d’un succès planétaire qui n’est autre que la célèbre chanson Pretty Woman.

 

 

 

Alex Kassel 

 

Après avoir effectué ses études dans l’une des plus prestigieuses écoles de musique au monde qui n’est autre que monde la « Berklee School of Music " à Boston, Alex Kassel revient à Paris pour poursuivre sa passion musicale et travaille pour la publicité, mais aussi des labels et  des artistes de la scène électro comme Mani Hoffmann. Malheureusement, il doit quitte sa passion pour effectuer un autre métier.

Lors d’un voyage un New York, il retrouve sa passion pour la musique électronique et il quitte tout : Paris, son travail… pour New York ! Il y fait des rencontres et son premier single « Move on up » sera choisit pour un jeu vidéo DJ Star en 2009.


 

Son single "Chasing the dream", en featuring avec Adam Joseph, a été diffusé sur les ondes françaises à partir de Juin 2010, et s'est rapidement retrouvé en tête des charts en Espagne pendant 37 semaines. Grâce à ce succès, le titre a été relancé cet été par le label New-Yorkais "Strictly Rhythm", par la réalisation d'un clip, produit par Empreinte Films. Depuis, Chasing the Dream ne cesse d'avancer, à la conquête de nouveaux territoires tels que les Etats-Unis, la République Tchèque, la Pologne, l'Angleterre, la Russie...

La musique et les paroles d’Alex Kassel  délivrent un message d’espoir et d’unité pour faire danser tout le monde jusqu’au bout de la nuit et bien sûr faire la fête.

 

 

 

   

Pretty Woman

 

"Oh, Pretty Woman" est une chanson rock’n roll interprétée par Roy Rorbison, sorti en août 1964, et qui a été un succès mondial. Enregistrée au Tennessee, elle a été écrite par Roy Orbison et Bill Dees.

 Celle-ci sera par la suite chantée par de nombreux artistes à partir de 1964  jusqu’à 2009, dernière date connue, par Bruce Springsteen et  John Forgety.

Elle fera aussi l’engouement de nombreux médias dont on se remémora surtout le succès du film qui a pris le nom de cette chanson : « Pretty Woman ». Sorti en 1990, cette comédie romantique reprend également la chanson Oh, Pretty Woman. Il est devenu un grand classique du cinéma américain. Ce film d'amour, avec Julia Roberts dans le rôle de Viviane et Richard Gere dans le rôle d'Edouard  a marqué l'esprit de tous les cinéphiles !

 

Aujourd’hui, Pretty Woman revient sous une autre forme: Alex Kassel, un DJ français, revisite cette chanson sous forme d’un remix plus moderne, tout en respectant bien la mélodie de base. Revue et corrigée, elle s’ouvre à une nouvelle génération, mais elle permet aussi de la redécouvrir.

La cover du single nous rappelle dès le premier coup d’œil l’affiche du film, une attention que les fans ne manqueront pas d’apprécier.

Le titre du single ne s’appelle pas Pretty Woman, mais MERCY !

 

Dès le début, le mix s’est fait déjà remarquer, car on a pu l’entendre passer lors de  la techno parade 2011 à Paris avec une foule en délire.

 

 

Ce single est offert par l’artiste lui-même, il est téléchargeable gratuitement sur facebook ou soundcloud !

 

Repost 0
Published by scoobidoo1 - dans Musique
commenter cet article
29 août 2011 1 29 /08 /août /2011 16:10

Les Mines du Roi Salomon a été adapté du célèbre roman de Rider Haggard et a été réalisé par Compton Bennett et Andrew Marton. Au cœur de l’Afrique disparaît le mari d’Elisabeth Curtis. Une expédition se monte et part à sa recherche avec pour guide Allan Quatermain. Les paysages et les acteurs de ce film sont mémorables.

Les atouts pour la réussite du film

Les Mines du Roi Salomon est un film d’aventure américain qui a été réalisé par Compton Bennett et Andrew Marton en 1950. Son titre original est King Solomon's Mines et est tiré du roman de Rider Haggard qui porte le même nom et date de 1885.

De nombreux acteurs connus ont participé au tournage comme Stewart Granger dans le rôle d'Allan Quatermain, Deborah Kerr dans le rôle d'Elisabeth Curtis ou Richard Carlson dans le rôle de John Goode.

Ce film a connu un grand succès lors de sa sortie au cinéma et a reçu une nomination aux Oscars en 1951 dans la catégorie meilleur film.

Une expédition pleine d'aventures

L’histoire se situe en Afrique, en 1897, où Elisabeth Curtis avec l’aide de son frère John partent à la recherche de son mari disparu qui était à la recherche des mines du roi Salomon et de son trésor.

Ils seront accompagnés d’Allan Quatermain, un guide qui les emmènera au cœur de l’Afrique. Mais lors de cette expédition, de nombreuses embûches se dressent à eux.

L'engouement

L’histoire d’Allan Quatermain suscitera d’autres films par la suite, toujours d’après les œuvres de Rider Haggard, dont Allan Quatermain et les mines du roi Salomon en 1986, Allan Quatermain et la cité de l’or perdu en 1987 et le dernier sorti en date en 2004, Allan Quatermain et la pierre des ancêtres pour la télévision.

Les Mines du Roi salomon est à ce jour la meilleure version filmée tant dans la performance des acteurs qui est remarquable que par la réalisation.

En effet, pour l’époque, le tournage du film est un réel défi et on peut contempler les magnifiques paysages africains dont les images sont d’une rare beauté. Stewart Granger viril et Deborah Kerr forment un duo très charismatique qui ne nous laisse pas indifférents.

Enfin, sa sortie en DVD en 2006 ravira les cinéphiles du genre et ne laisseront pas indifférents ceux qui découvriront le film, car il est un total dépaysement.

Stewart Granger

Repost 0
Published by scoobidoo - dans Cinéma
commenter cet article
6 juillet 2011 3 06 /07 /juillet /2011 17:35

Garçon stupide est le premier film de Lionel Baier, sorti au cinéma en 2005. Il y interprète, parmi de bons comédiens, un petit rôle. Il raconte l'histoire de Loïc, un garçon stupide, qui finalement ne l'est peut-être pas, et qui, grâce à Marie, décide d'avancer dans la vie. Il s'agit d'un film initiatique qui laisse le spectateur perplexe.

Un premier film

%%% Garçon stupide est un film suisse, réalisé par Lionel Baier en 2005. Il s’agit de son premier long métrage-métrage, dans lequel joue Pierre Chatigny dans le rôle de Loïc, Natacha Koutchoumov dans le rôle de Marie, Rui Pedro Alves dans le rôle de Rui. Lionel Baier y interprète également un rôle, celui de Lionel.

C'est un film dramatique qui s’accompagne d'une pointe d’humour. Lionel Baier décrit le parcours d'un jeune homme, aux allures stupides, et très porté sur des activités nocturnes, d'ordre sexuel. Ce film a été interdit aux moins de 16 ans lors de sa sortie.

L'histoire

%%% Loïc est un ouvrier qui travaille dans une usine de chocolat dans la journée. Lorsqu’arrive le soir, il se donne à des activités sexuelles sur Internet avec d’autres hommes. Après s’être satisfait sexuellement, il rentre chez Marie, une amie d’enfance chez qui il dort.

Il est d'ailleurs secrètement amoureux d'elle. Après quelques rencontres fortuites et avec l’aide de Marie, Loïc décide d’aller de l’avant parce qu’il n’est pas un jeune garçon stupide.

Un film initiatique

Ce film est un parcours initiatique où on y voit le portrait d’un jeune homme "qui baise tout le monde pour n’aimer personne". Ce jeune homme, joué par Pierre Chatigny, est très convaincant et nous prête toute notre intention. La mise en scène de Lionel Baier est tout à fait remarquable.

Il faut savoir que certaines scènes de sexe sont assez crues et franches. , c’est pour cette raison que le film est interdit au moins de 16 ans. C'est un parcours initiatique qui vaut la peine qu’on s’y arrête, mais qui peut déplaire à certaines personnes, car il pourrait apparaître aux yeux de quelques-uns, un côté reportage, voire même un côté documentaire de ce film.

Donc, c'est un film qui est ni déplaisant à voir, ni désintéressant à voir. Garçon stupide est un film stupide qui nous laisse perplexes après l’avoir vu.

N.1

Repost 0
Published by scoobidoo - dans Cinéma
commenter cet article
29 juin 2011 3 29 /06 /juin /2011 15:03

Le film Diva est adapté du célèbre roman du même nom et réalisé par Jean-Jacques Beineix en 1981. Jules, fasciné par une Diva, enregistre son concert et reçoit une cassette mettant en cause un commissaire dans une affaire de prostitution. Ce film, composé de bons comédiens, est un polar qui se joue sur un air de musique Lyrique.

Un premier film

Diva est un film dramatique français, réalisé par Jean-Jacques Beineix en 1981. Il s’agit de son premier long métrage en tant que réalisateur. L’histoire est tirée du livre Diva de Delacorta publié en 1979 et qui connut un succès mondial. Quant au film, il ne connut pas un grand succès en France lors de sa sortie, mais aux Etats-Unis ; c’est tout le contraire, il est acclamé. Aujourd’hui, il fait partie des grands classiques du cinéma français.

L'histoire

C’est l’histoire d’un jeune postier, Jules, qui est passionné par la voix de la célèbre diva Cynthia Hawkins et qui se rend à un de ses récitals. Lors de ce concert, il décide de l’enregistrer sans se faire remarquer, car elle a toujours refusé d’enregistrer sa voix.

Deux Taïwanais, présents dans la salle voit Jules l’enregistrer et le poursuivront pendant le film pour récupérer la bande-son. Pendant cette soirée, une jeune prostituée, Nadia, glisse une cassette dans les sacoches de sa mobylette à son insu ; on la retrouvera morte le lendemain.

Cette cassette met en cause un commissaire de police dans un trafic de prostitution. La police et les truands se mettent alors à le traquer. Dépassé par les évènements, il se réfugie chez Gorodish et de Alba où il trouvera de l’aide.

Un policier sur un air d'opéra

Ce film se situe entre le polar et l’opéra lyrique où deux mondes différents se rencontrent ; l’un est irréel avec la voix de la diva et l’autre est réel, avec celui des truands.

Le jeu des comédiens y est parfait avec :

  • dans le rôle de Jules : Frédéric Andrei,
  • dans le rôle de Cynthia Hawkins : Wihelmenia Wiggins Fernandez,
  • dans le rôle de Weinstadt : Roland Bertin ,
  • et dans le rôle de Goodish : Richard Bohringer, pour ne citer qu’eux.

La musique du film composée par Vladimir Cosma est tout simplement prodigieuse et d’ailleurs il en a obtenu le César de la meilleure musique en 1982.

Parmi cette musique, on peut entendre un air d’opéra, La Wally, chanté par Wihelmenia Wiggins Fernandez. Un air qui reste même après la fin du film. Ce film reçut quatre récompenses aux Césars en 1982 dont celui de la meilleure première œuvre.

Jean-Jacques Beineix, à Amiens (France) - Le réalisateur est à la '

Repost 0
Published by scoobidoo - dans Cinéma
commenter cet article
29 juin 2011 3 29 /06 /juin /2011 07:11

"La guerre est finie", titre donné d'après le fameux document de Franco, est un film dramatique réalisé par Alain Resnais. Il s'agit d'un réfugié politique qui continue d'aller en Espagne pour faire la liaison entre les militants exilés à Paris et ceux restés en Espagne. Un film sur fond politique, qui est dit fiction, mais qui relate des faits historiques .

Les origines de "La guerre est finie"

"La guerre est finie" est un film dramatique français, réalisé par Alain Resnais en 1966. Le scénario est de Jorge Semprun et c’est la première collaboration avec Alain Resnais. Le titre du film fait référence au dernier communiqué de guerre datant de 1939 qui a été fait par le général Franco et qui annonçait la fin de la guerre civile en Espagne : la guerre est terminée.

L'histoire

L’histoire se situe en 1965 où la guerre civile fait rage en Espagne. Diego s’est exilé à Paris, mais il continue d’aller en Espagne sous de fausses identités pour garder le contact avec les militants du parti communiste espagnol restés là-bas.

Il fait le messager entre des militants exilés et ceux restés en Espagne. Après une mission délicate, il n’est plus aussi sûr de ses convictions. Un de ses camarades risque d’être arrêté s’il repart en Espagne, il veut l’en avertir, mais il a déjà disparu.

Une fiction basée sur une histoire vraie

Le film "La guerre est finie" s’inspire de l’histoire du scénariste Jorge Semprun qui a été un membre du parti communiste espagnol lors de la guerre civile. Bien que ce soit une fiction, il relate une situation politique précise et réelle avec une chronologie historique. Mais, son impact fut tel en Espagne que le ministre de l’Intérieur espagnol exigea son retrait de la compétition du Festival de Cannes en 1966.

"La guerre est finie", continue à subir les foudres et se voit retirer des autres festivals. Ils lui décerneront tout de même quelques prix, car ce film connaît un immense succès avec notamment le prix Louis Delluc en 1966.

Il s’agit d’une œuvre cinématographique pleine de richesse qui s’accompagne de comédiens remarquables tels que Yves Montand, Ingrid Thulin, Geneviève Bujold, Jean Bouise. "La guerre est finie" se joue sur un fond politique, mais ce n’est pas un film qui se veut militant.

Film "La guerre est finie"
Repost 0
Published by scoobidoo - dans Cinéma
commenter cet article